Accéder au contenu principal

Paranoïa de Mélissa Bellevigne

Oui, je sais, c'est mal, je devrais réviser. Mais j'ai besoin d'une pause. Je vous parle donc aujourd'hui du roman de Mélissa Bellevigne, Paranoïa. Je le voulais, dès les premières pages lues sur le blog de l'auteure. Parce que oui, comme vous devez tous le savoir l'auteure est aussi une blogueuse et Youtubeuse beauté. Mais ici je préfère parler d'auteure. Je vous laisse découvrir la quatrième de couverture.


Lisa Hernest, psychiatre reconnue et spécialisée dans les cas complexes, est appelée à l’institut Saint-Vincent en périphérie de Paris. Elle va rencontrer sa nouvelle patiente : Judy Desforêt, internée pour paranoïa et hallucinations, enceinte de cinq mois et qui refuse de s’alimenter. Dès leur première entrevue, la jeune femme qui se dresse face à elle fait preuve d’une lucidité et d’un discernement hors pair. Et plus Lisa apprend à la connaître, plus leurs échanges viennent ébranler ses propres convictions professionnelles et personnelles. Entretien après entretien, Judy lui livre en effet une curieuse histoire, mêlant sa quête des racines familiales en Angleterre et la présence invisible d’un certain Alwyn, cet homme qui la suit comme son ombre depuis toujours. Progressivement, Lisa, l’experte en âmes fragiles, sent ses moyens lui échapper et Judy la déstabiliser. À mesure que les mois passent et que la date de l’accouchement approche, la vérité semble s’éloigner.

J'avais vu que l'auteure préparait un écrit, car oui je la suit sur Facebook, Youtube, Instagram, bref, j'aime cette blogueuse. Je la trouve simple, ouverte et vraiment proche de nous par sa manière d'être et en plus de ça, elle semble être une maman et auteure fabuleuse. Pour mes 21 ans ma maman m'a offert son roman. J'étais vraiment hyper heureuse, déjà parce que je venais de me rendre compte que je n'avais pas pris assez de livres pour la semaine à la mer (l'horreur) mais également parce que je voulais le lire ab-so-lu-ment. Bref, je l'ai lu en moins de 24 heures. Ma maman était presque déçue de m'avoir vu le dévorer si vite ! 

J'avais lu beaucoup de critiques, certaines meilleures que les autres et je ne savais pas quoi penser. Je voulais me faire mon propre avis. Et je vous avoue être tombée sous le charme de l'écriture de Mélissa Bellevigne. C'est simple, facile à lire, doux, tendre, délicat et vraiment beau. Alors certains peuvent bien dire que ce n'est pas du grand art, peut être, peut être pas, je ne suis personne pour en juger. Mais personnellement j'ai vraiment adoré. Par contre je ne sais pas si le roman est fait pour être lu que par des jeunes adultes ou ados.

Nous avons trois personnages, avec deux visions différentes avec plusieurs espaces temporels. La première voix est celle de Lisa, puis nous avons celle de Judy.  On commence l'histoire au présent pour ensuite faire des sauts dans le passé, l'histoire étant, à ce moment là, racontée par Judy. 
Judy est prétendue folle, suicidaire et semble vouloir tuer l'enfant qu'elle porte. Sans parents, enceinte, retrouvée presque morte dans les rues de Londres. On ne sais rien d'elle lorsqu'on la découvre. Elle m'a semblé totalement perdue et on comprend ensuite pourquoi ! Je crois que je me suis sentie proche d'elle par son âge d'abord, mais aussi par sa façon d'être, un peu tête brûlée. J'ai beaucoup aimé découvrir Judy avant le drame et en même temps je savais qu'il allait y avoir LE moment de basculement. J'avoue que je le craignais. 
Il y a ensuite Alwyn, l'ami imaginaire de Judy, celui qu'elle est la seule à voir depuis son enfance, celui qu'elle ne peut plus supporter, celui qui est pourtant un élément essentiel de sa vie. J'ai beaucoup aimé le personnage même si j'ai eu du mal à me faire une image "physique" de lui. C'est assez difficile de le cerner, de comprendre ce qu'il est. 
Puis il y a Lisa, j'aurais peut être voulu en savoir plus sur cette femme, elle est avec un homme fou d'elle, pourtant on réalise vite le problème récurant dans leur couple, les enfants ; mais également le fait qu'elle ne vit que pour et par son travail. Au fur et à mesure, elle devient de plus en plus obsédée par Judy mais également par l'enfant qu'elle porte. Tout est lié. 

Je m'attendais à une histoire totalement réaliste, mais Mélissa Bellevigne nous emporte dans son monde, où les rêves d'enfants peuvent devenir réalité. Qui n'a jamais eu d'amis imaginaire. Qui n'a jamais parlé à quelqu'un qui n'existe pas dans ses jeux d'enfants. L'histoire est alors réaliste sans l'être, laissant le lecteur se demander ce qui est vrai ou non.

Mélissa Bellevigne nous emporte avec elle, lorsque j'ai eu fini le roman, j'en voulais plus, plus plus, toujours plus...Une suite ? 

La fin est tellement.... Ha je ne peux définitivement vous en dire plus.  Malgré quelques petites choses où j'aurais voulu en savoir plus, j'ai passé un super moment lecture.  

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les Fiancés de l'hivers de Christelle Dabos

Ouiiiii , merci mes adorables amis historiens que j'aime plus que tout pour mon cadeau de 21 ans !  ♥ Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l'Arche d'Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d'un complot mortel. C 'est un roman purement fantastique et c'est une pure merveille de poésie, d'enchantement et de magie. L'auteure nous embarque dans un monde où l'on épouse un de ses cousins, un monde où l'on vit sur des îlots de terre flottant dans les airs, un monde où l'on se déplace en dirigeable et où les femmes portent de grandes robes. Un endr

U4 - Jules de Carole Trébor

L orsque j'ai acheté ce livre, je ne savais pas si il allait me plaire, c'était un "coup de pocker". Je ne savais pas trop sur quoi me baser et dans quel monde ça allait me mener, je n'avais pas envie de déprimer tout le long.  Si j'ai choisi de lire Jules, c'est que lorsque que j'ai lu la quatrième de couverture, le fait qu'il soit avec une enfant, m'a intrigué. J'avais entendu parler que, dans ce roman, seuls les adolescents de 15 à 18 ans avaient survécu à ce fameux virus U4. Le fait que Jules était avec une petite fille, signifiait donc que, soit elle était spéciale, soit elle était le centre de cette histoire. Quatrième de couverture :  Jules vit reclus dans son appartement du boulevard Saint-Michel, à Paris. Il n'a pas de nouvelles de ses parents, en voyage à Hong Kong lorsque l'épidémie a commencé à se propager. Le spectacle qu'il devine par la fenêtre est effroyable, la rue jonchée de cadavres. Mais il sait qu'

Tout (n')est (pas du tout) sous contrôle - Sophie Henrionnet

Deuxième livre découvert a Lire à Limoges . Il faut bien le dire, l'auteure est fabuleuse. C'était la Kate Middelton du salon ( cette expression ne vient pas de moi ! ). En plus d'être jolie, c'était un véritable plaisir de travailler avec elle, j'ai découvert une personne attachante et pleine de joie de vivre !  Son livre est une pépite, pour vous dire, lors du salon, Sophie Henrionnet n'en avait plus dès le samedi soir ! Je comprends pourquoi maintenant ! Pourtant, petit bémol à la maison d'édition, la première couverture était beaucoup plus jolie et attractive.  La première couverture. J'ai pris mon temps pour le lire, étant dans la montagne de dossiers à rendre et dans un tournant professionnel (si l'on peut dire), j'avais pas mal de choses à penser. Cette petite pépite m'a permis de m'évader un peu de temps en temps. Olympe a 38 ans, un emploi de photographe culinaire qui ne lui plaît qu’à moitié, une fill