Accéder au contenu principal

Salem de Sandra Triname

Oui oui oui oui ! Comment vous expliquer le bonheur que j'ai eu lors de cette lecture ! Peut être en vous laissant découvrir, dans un premier temps, la quatrième de couverture. 




1692.
Salem, État du Massachusetts aux États-Unis.
Accusées de pratiques magiques, de nombreuses personnes sont alors mises à mort. Innocentes ou coupables ? Qui méritait réellement la potence ? De nos jours, alors que Max évite de peu la mort, la voilà sous l’emprise de songes qui semblent tous venir d’une époque lointaine où la sorcellerie et les démons hantaient l’imaginaire du commun des mortels.
Quel lien peut alors unir Max à un procès vieux de plusieurs siècles ?



Depuis un petit moment Salem me faisait de l’œil dans ma bibliothèque. Je l'avais acheté lors de la foire du livre de Brive en novembre (oui, c'était il y a un petit moment), j'avais eu la chance de rencontrer l'auteure et la très gentille éditrice, Marion. 



Je me suis donc lancée dans cette lecture juste avant mon départ pour les vacances. Je ne savais pas franchement vers quoi j'allais, la quatrième de couverture étant très vague. Au début de notre lecture, on tombe sur cette époque lointaine qu'est 1692. On est dans la cabane d'une jeune femme, Kanda, elle soigne le père d'un jeune amérindien. On ne sait pas trop ce qu'elle est, magicienne, sorcière ou simple guérisseuse ? Je me suis tout de suite posée beaucoup de questions. J'ai ensuite rencontré Max, ou Maxine, j'ai d'abord cru que c'était un homme, (honte à moi), ça m'a fait rire quand j'ai compris ma méprise. Cette femme est totalement amnésique, elle ne sait rien d'elle, de son passé. Elle sait le minimum, qu'elle est historienne, qu'elle a une petite maison, que ses parents sont mort. C'est réellement étrange, surtout le fait qu'elle soit seule, que personne n'essaye de s'intéresser à elle. J'ai d'abord trouvé ça un peu énorme, une femme sans famille, ni amis ; c'était trop gros. Puis petit à petit les choses s'expliquent. Elle retrouve son meilleur ami, son "grand frère", Jared. A ce moment là, je me suis sentie embarquée dans une histoire totalement addictive. 



Je n’imaginais pas ça en découvrant les premières pages, un monde magique, mystérieux et envoûtant ! J'étais réellement tombée amoureuse de ce roman ! L'auteure mêle les époques et les points de vue, mais elle ne nous laisse jamais seul, l'action est constamment présente. J'hésite à vous en dire plus, de peur de vous gâcher votre lecture.

J'ai d'abord cru que ce roman allait nous retracer l'histoire du procès de Salem, en nous centrant sur un seul personnage, sur une "sorcière", tout en gardant un aspect rationnel. Mais ce n'est pas le cas. Salem nous plonge dans un monde totalement mystique. Sandra Triname apporte une explication mythologique à ce procès ; croisant sorcières, loup-garous et vampires. Le tout est complètement cohérent dans la mythologie, reprenant le mythe des balles d'argent pour les loups et du soleil pour les vampires. On est bien loin de Twilight ou du roman Le Journal d'un vampire, avec des histoires d'amours à n'en plus finir. Non, Salem plante un décors terrifiant et terriblement attirant, comme si un monde parallèle existait réellement. Les humains ne sont pas mêlés à cette histoire ce qui ne la rend que plus inintéressante. On suit Jared, Max, Kanda et bien d'autres encore.


Salem est véritablement mon premier coup de cœur 2016. Il est maintenant dans mon top !! 

Merci pour cette découverte et cette fabuleuse lecture. 

Commentaires

  1. Je ne connaissais pas du tout ce livre mais tu me donnes tellement envie d'en savoir plus, surtout quand tu sembles être à deux doigts de ne pas pouvoir te retenir d'en dire un peu plus =D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non mais tu n'imagine même comment c'est difficile pour moi ! :) En plus ça fait très longtemps que je n'ai pas lu un roman qui me surprend autant !! :)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Poésies.

Par un temps morose et avec une pile en retard monstrueuse de chroniques, j'ai décidé de vous partager un peu de tendresse et de beauté littéraire dans la poésie de grands auteurs.


L’ÉTERNITÉ.
"Elle est retrouvée. Quoi ? - l’Éternité. C'est la mer allée Avec le soleil.
Âmes sentinelle Murmurons l'aveu De la nuit si nulle Et du jour en feu.
Des humains suffrages, Des communs élans, Là tu te dégages, Et voles selon.
Puisque de vous seules, Braises de satin, Le Devoir s'exhale Sans qu'on dise : enfin.
Là pas d'espérance, Nul orietur. Science avec patience, Le supplice est sûr.
Elle est retrouvée. Quoi ? - l'éternité. C'est la mer allée Avec le soleil. "




Arthur Rimbaud.

Spectacle Popa.

L'avantage du service civique dans un service de culture, c'est les petites pépites que l'on découvre. J'ai donc pu assister au merveilleux spectacle Popa de la compagnie Le pied en dedans. Deux artistes mettent en place un monde féerique autour de livres. Un spectacle pour les petits qui sait émerveiller les plus grands.

 C'est une feuille de papier qui s’installe devant vous. C’est petit à petit une histoire visuelle sur les éléments de la nature qui se réveillent. Un voyage intemporel qui nous emmène sur l’eau, dans un nuage, au travers d’une foret, accompagné d’une musique douce et d’un mouvement chorégraphique d’ombre. Création éphémère de papier, le spectacle PoPa donne lieu à une lecture silencieuse, remplie de sagesse et d’imaginaire. 
Des bébés aux petits de 6 ans, ils étaient tous aux anges face aux ombres du livre Pleine Lune de Antoine Guilloppé. Les deux actrices utilisent un rétro-projecteur pour nous faire voyager dans cette forêt où les anim…

Reprendre la main petit à petit.

Hello les bouchons.

Comme vous avez pu le constater, avec une grande déception, je ne me suis pas entièrement remise au blog (BOUUUUU). Oui je sais, je mérite une sentence.  Mais je vous dois de petites explications.  Cette année à été un grand moment dans ma vie d'adulte et d'étudiante. Non seulement parce que j'ai eu ma licence d'Histoire (non pas sans peine, je vous explique plus loin), mais aussi parce que j'ai eu deux jobs et un milliard de choses à faire. Alors comment vous expliquer à quel point c'est compliqué de tout gérer.
Commençons par le commencement. Cette année le CROUS a décidé que mes parents étaient trop riche pour que je puisse avoir accès aux bourses. Génial me direz vous, nous on s'en fiche. Ok, je développe. J'ai donc dû me trouver un job. Et j'ai postulé un peu partout ! J'ai finalement passé un entretien téléphonique pour Lidl, qui c'est poursuivit par un second entretien téléphonique pour finalement devoir passer des…