Accéder au contenu principal

Salem de Sandra Triname

Oui oui oui oui ! Comment vous expliquer le bonheur que j'ai eu lors de cette lecture ! Peut être en vous laissant découvrir, dans un premier temps, la quatrième de couverture. 




1692.
Salem, État du Massachusetts aux États-Unis.
Accusées de pratiques magiques, de nombreuses personnes sont alors mises à mort. Innocentes ou coupables ? Qui méritait réellement la potence ? De nos jours, alors que Max évite de peu la mort, la voilà sous l’emprise de songes qui semblent tous venir d’une époque lointaine où la sorcellerie et les démons hantaient l’imaginaire du commun des mortels.
Quel lien peut alors unir Max à un procès vieux de plusieurs siècles ?



Depuis un petit moment Salem me faisait de l’œil dans ma bibliothèque. Je l'avais acheté lors de la foire du livre de Brive en novembre (oui, c'était il y a un petit moment), j'avais eu la chance de rencontrer l'auteure et la très gentille éditrice, Marion. 



Je me suis donc lancée dans cette lecture juste avant mon départ pour les vacances. Je ne savais pas franchement vers quoi j'allais, la quatrième de couverture étant très vague. Au début de notre lecture, on tombe sur cette époque lointaine qu'est 1692. On est dans la cabane d'une jeune femme, Kanda, elle soigne le père d'un jeune amérindien. On ne sait pas trop ce qu'elle est, magicienne, sorcière ou simple guérisseuse ? Je me suis tout de suite posée beaucoup de questions. J'ai ensuite rencontré Max, ou Maxine, j'ai d'abord cru que c'était un homme, (honte à moi), ça m'a fait rire quand j'ai compris ma méprise. Cette femme est totalement amnésique, elle ne sait rien d'elle, de son passé. Elle sait le minimum, qu'elle est historienne, qu'elle a une petite maison, que ses parents sont mort. C'est réellement étrange, surtout le fait qu'elle soit seule, que personne n'essaye de s'intéresser à elle. J'ai d'abord trouvé ça un peu énorme, une femme sans famille, ni amis ; c'était trop gros. Puis petit à petit les choses s'expliquent. Elle retrouve son meilleur ami, son "grand frère", Jared. A ce moment là, je me suis sentie embarquée dans une histoire totalement addictive. 



Je n’imaginais pas ça en découvrant les premières pages, un monde magique, mystérieux et envoûtant ! J'étais réellement tombée amoureuse de ce roman ! L'auteure mêle les époques et les points de vue, mais elle ne nous laisse jamais seul, l'action est constamment présente. J'hésite à vous en dire plus, de peur de vous gâcher votre lecture.

J'ai d'abord cru que ce roman allait nous retracer l'histoire du procès de Salem, en nous centrant sur un seul personnage, sur une "sorcière", tout en gardant un aspect rationnel. Mais ce n'est pas le cas. Salem nous plonge dans un monde totalement mystique. Sandra Triname apporte une explication mythologique à ce procès ; croisant sorcières, loup-garous et vampires. Le tout est complètement cohérent dans la mythologie, reprenant le mythe des balles d'argent pour les loups et du soleil pour les vampires. On est bien loin de Twilight ou du roman Le Journal d'un vampire, avec des histoires d'amours à n'en plus finir. Non, Salem plante un décors terrifiant et terriblement attirant, comme si un monde parallèle existait réellement. Les humains ne sont pas mêlés à cette histoire ce qui ne la rend que plus inintéressante. On suit Jared, Max, Kanda et bien d'autres encore.


Salem est véritablement mon premier coup de cœur 2016. Il est maintenant dans mon top !! 

Merci pour cette découverte et cette fabuleuse lecture. 

Commentaires

  1. Je ne connaissais pas du tout ce livre mais tu me donnes tellement envie d'en savoir plus, surtout quand tu sembles être à deux doigts de ne pas pouvoir te retenir d'en dire un peu plus =D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non mais tu n'imagine même comment c'est difficile pour moi ! :) En plus ça fait très longtemps que je n'ai pas lu un roman qui me surprend autant !! :)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Les Fiancés de l'hivers de Christelle Dabos

Ouiiiii , merci mes adorables amis historiens que j'aime plus que tout pour mon cadeau de 21 ans !  ♥ Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l'Arche d'Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d'un complot mortel. C 'est un roman purement fantastique et c'est une pure merveille de poésie, d'enchantement et de magie. L'auteure nous embarque dans un monde où l'on épouse un de ses cousins, un monde où l'on vit sur des îlots de terre flottant dans les airs, un monde où l'on se déplace en dirigeable et où les femmes portent de grandes robes. Un endr

U4 - Jules de Carole Trébor

L orsque j'ai acheté ce livre, je ne savais pas si il allait me plaire, c'était un "coup de pocker". Je ne savais pas trop sur quoi me baser et dans quel monde ça allait me mener, je n'avais pas envie de déprimer tout le long.  Si j'ai choisi de lire Jules, c'est que lorsque que j'ai lu la quatrième de couverture, le fait qu'il soit avec une enfant, m'a intrigué. J'avais entendu parler que, dans ce roman, seuls les adolescents de 15 à 18 ans avaient survécu à ce fameux virus U4. Le fait que Jules était avec une petite fille, signifiait donc que, soit elle était spéciale, soit elle était le centre de cette histoire. Quatrième de couverture :  Jules vit reclus dans son appartement du boulevard Saint-Michel, à Paris. Il n'a pas de nouvelles de ses parents, en voyage à Hong Kong lorsque l'épidémie a commencé à se propager. Le spectacle qu'il devine par la fenêtre est effroyable, la rue jonchée de cadavres. Mais il sait qu'

Tout (n')est (pas du tout) sous contrôle - Sophie Henrionnet

Deuxième livre découvert a Lire à Limoges . Il faut bien le dire, l'auteure est fabuleuse. C'était la Kate Middelton du salon ( cette expression ne vient pas de moi ! ). En plus d'être jolie, c'était un véritable plaisir de travailler avec elle, j'ai découvert une personne attachante et pleine de joie de vivre !  Son livre est une pépite, pour vous dire, lors du salon, Sophie Henrionnet n'en avait plus dès le samedi soir ! Je comprends pourquoi maintenant ! Pourtant, petit bémol à la maison d'édition, la première couverture était beaucoup plus jolie et attractive.  La première couverture. J'ai pris mon temps pour le lire, étant dans la montagne de dossiers à rendre et dans un tournant professionnel (si l'on peut dire), j'avais pas mal de choses à penser. Cette petite pépite m'a permis de m'évader un peu de temps en temps. Olympe a 38 ans, un emploi de photographe culinaire qui ne lui plaît qu’à moitié, une fill