Accéder au contenu principal

Le plus bel endroit du monde est ici de Francesc Miralles et Care Santos.

Le plus bel endroit du monde est ici. Le titre est prometteur, le livre est court. J'étais en pleins dans mes grosses lectures et une amie m'avait dit de lire ce roman. Je me suis lancée. 




Iris a trente-six ans et des idées noires plein la tête. Ses deux parents viennent de mourir dans un tragique accident et, en une seconde, toute sa vie a basculé. Par un après-midi froid et gris, elle songe même à en finir. Son regard se pose alors sur la devanture d'un café auquel elle n'avait jamais prêté attention auparavant. Son nom étrange, Le plus bel endroit du monde est ici, éveille sa curiosité. A l'intérieur, il ne reste qu'une table libre, l'homme derrière le comptoir l'invite à s'y asseoir. Sans trop savoir pourquoi, Iris se laisse guider et fait bientôt une rencontre touchante, inoubliable, magique... Il s'appelle Luca, il est italien et, pendant six jours d'affilée, ils vont se retrouver dans cet endroit hors du temps, loin des soucis du quotidien. Petit à petit, Iris retrouve le sourire. Mais l'après-midi du septième jour, Luca ne réapparaît pas. Iris comprend qu'il ne reviendra plus mais, surtout, qu'il lui a ouvert une porte dont elle ne soupçonnait pas l'existence : celle du bonheur.

C'est peu commun de commencer un roman avec un personnage qui souhaite mourir. Et pourtant celui ci commence comme ça et nous entraîne dans une histoire, douce, tendre, qui pousse à la réflexion, presque moralisatrice. A la fin de ma lecture, j'avais envie de profiter de la vie, d'en découvrir les moindres recoins. Pourquoi ? Parce que ce petit roman de moins de 200 pages sait nous remettre les pendules à l'heure. 

A la lecture de la quatrième de couverture j'ai eu peur de tomber sur un roman niais, presque le téléfilm de noël. Je vous avoue que s'en est pas trop loin, mais pourtant, il y a quelque chose en plus. Un je ne sais quoi qui fait que l'on se retrouve pris dans l'histoire tara-biscornue et un peu énorme, d'Iris.

En effet, ce roman est loin d'être dans le rationnel, un café magique, un amour de jeunesse qui réapparaît grâce à un chien vu dans une annonce de journal (mince je vous en dis trop). J'ai adoré l'idée d'un café à nom à rallonge (un peu comme Les Gens heureux lisent et boivent du café), c'est vrai que c'est tout de suite accrocheur. Je ne peux pas m'étaler pendant des heures à l'explication du sentiments constant qui s'empare de vous à la lecture de ce roman. Je pourrais le classer parmi ceux d'Agnès Martin Lugand ou Agnès Ledig. De la douceur, de la tendresse, un soupçon de moralité et une belle histoire.

En soit, ce roman vous fait du bien. Bonne lecture !  

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Poésies.

Par un temps morose et avec une pile en retard monstrueuse de chroniques, j'ai décidé de vous partager un peu de tendresse et de beauté littéraire dans la poésie de grands auteurs.


L’ÉTERNITÉ.
"Elle est retrouvée. Quoi ? - l’Éternité. C'est la mer allée Avec le soleil.
Âmes sentinelle Murmurons l'aveu De la nuit si nulle Et du jour en feu.
Des humains suffrages, Des communs élans, Là tu te dégages, Et voles selon.
Puisque de vous seules, Braises de satin, Le Devoir s'exhale Sans qu'on dise : enfin.
Là pas d'espérance, Nul orietur. Science avec patience, Le supplice est sûr.
Elle est retrouvée. Quoi ? - l'éternité. C'est la mer allée Avec le soleil. "




Arthur Rimbaud.

Spectacle Popa.

L'avantage du service civique dans un service de culture, c'est les petites pépites que l'on découvre. J'ai donc pu assister au merveilleux spectacle Popa de la compagnie Le pied en dedans. Deux artistes mettent en place un monde féerique autour de livres. Un spectacle pour les petits qui sait émerveiller les plus grands.

 C'est une feuille de papier qui s’installe devant vous. C’est petit à petit une histoire visuelle sur les éléments de la nature qui se réveillent. Un voyage intemporel qui nous emmène sur l’eau, dans un nuage, au travers d’une foret, accompagné d’une musique douce et d’un mouvement chorégraphique d’ombre. Création éphémère de papier, le spectacle PoPa donne lieu à une lecture silencieuse, remplie de sagesse et d’imaginaire. 
Des bébés aux petits de 6 ans, ils étaient tous aux anges face aux ombres du livre Pleine Lune de Antoine Guilloppé. Les deux actrices utilisent un rétro-projecteur pour nous faire voyager dans cette forêt où les anim…

Reprendre la main petit à petit.

Hello les bouchons.

Comme vous avez pu le constater, avec une grande déception, je ne me suis pas entièrement remise au blog (BOUUUUU). Oui je sais, je mérite une sentence.  Mais je vous dois de petites explications.  Cette année à été un grand moment dans ma vie d'adulte et d'étudiante. Non seulement parce que j'ai eu ma licence d'Histoire (non pas sans peine, je vous explique plus loin), mais aussi parce que j'ai eu deux jobs et un milliard de choses à faire. Alors comment vous expliquer à quel point c'est compliqué de tout gérer.
Commençons par le commencement. Cette année le CROUS a décidé que mes parents étaient trop riche pour que je puisse avoir accès aux bourses. Génial me direz vous, nous on s'en fiche. Ok, je développe. J'ai donc dû me trouver un job. Et j'ai postulé un peu partout ! J'ai finalement passé un entretien téléphonique pour Lidl, qui c'est poursuivit par un second entretien téléphonique pour finalement devoir passer des…