Accéder au contenu principal

Phobos de Victor Dixen

Ma petite perle de l'été, ou le top du top ! Bref, un roman génial.



Six prétendantes d’un côté. Six prétendants de l’autre. Six minutes pour se rencontrer. L’éternité pour s’aimer. Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars. Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l’amour. Elle a signé pour un aller sans retour. Même si le rêve vire au cauchemar, il est trop tard pour regretter.


C'est un véritable génie d'imagination, un symphonie d'invention, une harmonie de merveille. Bref, vous devez vous en douter j' A-D-O-R-E ! J'attend avec impatience le moment où mon budget me permettra l'achat du second tome ! 

Partir pour Mars ! Oui oui, Victor Dixen nous emporte avec lui et les 12 prétendants sur Cupido. Direction Phobos, le satellite de mars. On va alors suivre la prétendante Française, Léonor. C'est une jeune fille rousse qui semble adorable tout en ayant un caractère fort. Je l'imagine avec une fabuleuse peau laiteuse tachetée de tâches de rousseurs (je fais des répétions ). J'ai une amie rousse qui serait parfaite dans le rôle ;) ! (Mélissa si jamais tu passes par là <3 i="">).

J'ai tout de suite accroché à l'histoire, les personnages sont tous attachants, notamment Kristen, la meilleure amie de Léonor, une jeune allemande adorable qui rêve d'un amour de roman, tout en gardant "les pieds sur terre". Je me suis un peu identifiée à elle, plus qu'en Léonor, je pense. 
On réalise rapidement que le voyage n'est pas aussi idyllique qu'il ne le semble. En effet, les 6 filles doivent trouver le bonheur chez les 6 garçons partis avec elles à bord du Cupido. Ils ne se sont jamais vu. Ils n'ont que six minutes par semaines pour se rencontrer et apprendre à s'aimer, et pas une de plus. De plus les jeunes gens possèdent tous un secret, certains plus gros que d'autres.

Sous forme de télé-réalité, la Terre assiste à leurs rencontres, mais également à leurs vies quotidiennes. Nous nous retrouvons donc avec eux tout le long de leur voyage, jusqu'à la mise en orbite autour de mars, mais également jusqu'à leur "dernière liste de cœur". 

Victor Dixen manie magnifiquement bien sa plume. Malgré des changements spatiaux fréquents, nous ne sommes jamais perdus ou en manque d'actions. Quant à la fin, elle reste remarquable, mettant un point final fabuleux à ce premier tome, tout en nous laissant dans une véritable attente !  

Commentaires

  1. J'ai acheté ce roman il y a un petit moment déjà, et j'espère bien le sortir de ma PAL cet été.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vraiment génial, je te conseil de le lire vite ;)

      Supprimer
  2. Comme toi j'ai vraiment adoré ce premier tome. A tel point que je suis en pleine lecture du second. Le seul reproche que j'ai à faire reste l'influence qu'ont eu certaines dystopies sur son travail.

    RépondreSupprimer
  3. J'espère vite pouvoir m'acheter le second tome aussi ! :) Je n'ai pas trop ressentie les influences, des quelles tu parles ?

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Les Fiancés de l'hivers de Christelle Dabos

Ouiiiii , merci mes adorables amis historiens que j'aime plus que tout pour mon cadeau de 21 ans !  ♥ Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l'Arche d'Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d'un complot mortel. C 'est un roman purement fantastique et c'est une pure merveille de poésie, d'enchantement et de magie. L'auteure nous embarque dans un monde où l'on épouse un de ses cousins, un monde où l'on vit sur des îlots de terre flottant dans les airs, un monde où l'on se déplace en dirigeable et où les femmes portent de grandes robes. Un endr

U4 - Jules de Carole Trébor

L orsque j'ai acheté ce livre, je ne savais pas si il allait me plaire, c'était un "coup de pocker". Je ne savais pas trop sur quoi me baser et dans quel monde ça allait me mener, je n'avais pas envie de déprimer tout le long.  Si j'ai choisi de lire Jules, c'est que lorsque que j'ai lu la quatrième de couverture, le fait qu'il soit avec une enfant, m'a intrigué. J'avais entendu parler que, dans ce roman, seuls les adolescents de 15 à 18 ans avaient survécu à ce fameux virus U4. Le fait que Jules était avec une petite fille, signifiait donc que, soit elle était spéciale, soit elle était le centre de cette histoire. Quatrième de couverture :  Jules vit reclus dans son appartement du boulevard Saint-Michel, à Paris. Il n'a pas de nouvelles de ses parents, en voyage à Hong Kong lorsque l'épidémie a commencé à se propager. Le spectacle qu'il devine par la fenêtre est effroyable, la rue jonchée de cadavres. Mais il sait qu'

Tout (n')est (pas du tout) sous contrôle - Sophie Henrionnet

Deuxième livre découvert a Lire à Limoges . Il faut bien le dire, l'auteure est fabuleuse. C'était la Kate Middelton du salon ( cette expression ne vient pas de moi ! ). En plus d'être jolie, c'était un véritable plaisir de travailler avec elle, j'ai découvert une personne attachante et pleine de joie de vivre !  Son livre est une pépite, pour vous dire, lors du salon, Sophie Henrionnet n'en avait plus dès le samedi soir ! Je comprends pourquoi maintenant ! Pourtant, petit bémol à la maison d'édition, la première couverture était beaucoup plus jolie et attractive.  La première couverture. J'ai pris mon temps pour le lire, étant dans la montagne de dossiers à rendre et dans un tournant professionnel (si l'on peut dire), j'avais pas mal de choses à penser. Cette petite pépite m'a permis de m'évader un peu de temps en temps. Olympe a 38 ans, un emploi de photographe culinaire qui ne lui plaît qu’à moitié, une fill