Accéder au contenu principal

Les Bandafolie's


Bandafolie's


Comment vous parler de mon monde, comment vous faire comprendre ce que j'ai ressenti, lorsque la foule dansait samedi soir alors que je jouait avec mes amis musiciens ? Je n'en sais rien. Mais il faut que je vous en parle.

Photo Centre Populaire


Cette année, c'était les 20 ans des Bandafolie's, enfin la vingtième édition plutôt. Un merveilleux festival de musiques, de bandas, de folies... Je crois que je les ais toutes faites. C'est une partie de moi. Une aventure chaque année, toujours plus palpitante et géniale.



Bref. Avant tout, il y a une bande de bénévoles, que des gens supers, certains avec qui j'ai passé mon enfance, d'autres que je rêvais d'épouser petite (et oui "amour d'enfance"), d'autres encore qui sont de supers amis, certains qui viennent d'arriver ou bien ma meilleure amie qui le fait depuis trois ans avec moi. Toutes ces personnes forment une sorte de grande famille qui pendant plusieurs jours prépare le festival, et puis y participe, pour finir par ranger la ville à la fin.

Photo Office du Tourisme Porte d'Occitanie


Les Bandafolie's, ce n'est pas seulement un festival de musique, c'est bien plus, c'est une unité. Pendant quelques jours la ville de Bessines vibre au rythme des différents pays, des différents styles. Petite, je rêvais devant les danseuses venant de l'est, avec leurs belles robes, je voulais me marier avec les saxophonistes, et devenir flûtiste. Les bandafolie's apportent à tous une part de rêve éveillé.
Je rêvais du jour où j'allais pouvoir, moi aussi, entrer dans ce monde de bénévoles où les rires fusent sans cesse. Une année j'ai pu enfin passer de l'autre coté, dans les cuisines, plus particulièrement à la plonge. Pas le méga top, mais j'étais vraiment heureuse, surtout que je me retrouvais avec ma grand-mère. Puis j'ai pu servir les repas, lors du grand spectacle. Et arrivée mes 15 ans, j'ai pu m'occuper des groupes venant des différents pays et régions. D'abord avec des habituées, des amies musiciennes plus âgées que moi. Puis j'ai eu 18 ans, et j'ai eu mon premier groupe seule, un petit groupe, puis l'année d'après j'ai pris du plus gros "level", un groupe de militaires Ukrainiens, The Orchestra og the 194 Pontoon Bridge Reg. Ils étaient géniaux. Puis l'an dernier j'ai eu un groupe français et un autre venant de Martinique. Cette année, pour la vingtième édition les ukrainiens sont revenus. C'était encore plus génial. Vous imaginez, je ne parle pas un mot d'ukrainien ou encore de Russe, mais nous arrivions à nous faire comprendre avec des "Ouivoui", "Sisi" "Da" "Niet" "It's Okay". Mais on a ris, imaginez essayer de prononcer "Dobryï den" ! Mais tous se comprennent.

Parce qu'au final, lors des Bandafolie's, la seule langue que nous comprenons tous, c'est celle de la musique.


L'Encentada par toutes les bandas. (Je me cache dans les musciens ;) )

Commentaires

  1. J'espère que je fais parti de ceux que tu rêvais d'épouser ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne peux pas le savoir, mais peut être ^^ ;)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Spectacle Popa.

L'avantage du service civique dans un service de culture, c'est les petites pépites que l'on découvre. J'ai donc pu assister au merveilleux spectacle Popa de la compagnie Le pied en dedans. Deux artistes mettent en place un monde féerique autour de livres. Un spectacle pour les petits qui sait émerveiller les plus grands.

 C'est une feuille de papier qui s’installe devant vous. C’est petit à petit une histoire visuelle sur les éléments de la nature qui se réveillent. Un voyage intemporel qui nous emmène sur l’eau, dans un nuage, au travers d’une foret, accompagné d’une musique douce et d’un mouvement chorégraphique d’ombre. Création éphémère de papier, le spectacle PoPa donne lieu à une lecture silencieuse, remplie de sagesse et d’imaginaire. 
Des bébés aux petits de 6 ans, ils étaient tous aux anges face aux ombres du livre Pleine Lune de Antoine Guilloppé. Les deux actrices utilisent un rétro-projecteur pour nous faire voyager dans cette forêt où les anim…

Les âmes rouges - A.S. Kroze

Voici donc mon tout premier roman lu sur une tablette. :D Je n'avais jamais voulu essayer, j'aime tellement le toucher du livre sous mes doigts, l'odeur du papier, que j'avais peur de ne pas réussir à plonger entièrement dans un ebook. C'est donc pour avoir le plaisir de découvrir ce roman que je me suis plongée dans cet l'univers. J'ai téléchargé Kindle et en avant ! Les âmes rouges est le premier roman dans lequel je me lance en sachant qu'il part avec un handicap, le format ebook. Simplement par sa couverture je vous avoue que le livre m'effrayait un peu, cela fait longtemps que je ne m'était pas lancée dans une histoire sanglante de vampires, loups garous ou autre. Les âmes rouges a su me surprendre. Ce roman, écrit par deux sœurs Alicia et Sarah Kroze (très sympathique), est une pépite.  
Quatrème de couverture :


Ellie Bielsky est une adolescente sans histoire qui vit avec son petit frère et ses parents. Tout bascule quand elle se réveille sur …

Tout (n')est (pas du tout) sous contrôle - Sophie Henrionnet

Deuxième livre découvert a Lire à Limoges. Il faut bien le dire, l'auteure est fabuleuse. C'était la Kate Middelton du salon (cette expression ne vient pas de moi !). En plus d'être jolie, c'était un véritable plaisir de travailler avec elle, j'ai découvert une personne attachante et pleine de joie de vivre !


 Son livre est une pépite, pour vous dire, lors du salon, Sophie Henrionnet n'en avait plus dès le samedi soir ! Je comprends pourquoi maintenant ! Pourtant, petit bémol à la maison d'édition, la première couverture était beaucoup plus jolie et attractive. 



J'ai pris mon temps pour le lire, étant dans la montagne de dossiers à rendre et dans un tournant professionnel (si l'on peut dire), j'avais pas mal de choses à penser. Cette petite pépite m'a permis de m'évader un peu de temps en temps.
Olympe a 38 ans, un emploi de photographe culinaire qui ne lui plaît qu’à moitié, une fille de dix ans bien plus mature qu’elle, une famille déj…