Accéder au contenu principal

Sophie Van der Linden – Lire l’album - aux éditions l’Atelier du poisson soluble.


Je voulais vous parler un peu de ma formation, mais plus particulièrement de mon mémoire. Puis je me suis dit, pourquoi ne pas commencer par LE livre qui me permet d'avancer au fur et à mesure. Lire l'album de Sophie Van Der Linden.

Voici un livre utile pour tous ! Si vous avez besoin de renseignements, si vous voulez en savoir plus après une formation ou si vous souhaitez simplement en apprendre plus sur les albums pour enfants.

Cet ouvrage nous permet de comprendre l’évolution de l’album. Des origines, par la gravure sur bois, de la mise en association des textes et des images pour parvenir à créer un ouvrage destiné aux enfants. Finalement on réalise que les images n’arrivent que plus tardivement, avec au fur et à mesure du XIXème siècle des illustrations hors texte. Au fur et à mesure des techniques, on arrive à des textes et images proche de ce que l’on peut croiser aujourd’hui.

Cet ouvrage n’apporte pas seulement des réponses sur l’évolution des albums. Il permet de répondre à la question de « Qu’est ce que l’album ? », pour également comprendre ce qui le différencie des autres ouvrages que nous croisons tout les jours dans notre quotidien. La seconde partie du livre est centrée sur cette problématique là. Comprendre la différence entre un album et un livre qui comporte lui aussi des images. Savoir si oui ou non l’album est un « genre », puisque nous l’évoquons la plupart du temps comme étant un « type » d’ouvrage. Comprendre la réalisation de l’image, son utilité, son rapport avec le texte…etc. Mais également comprendre l’utilisation du texte, sa mise en perspective face à ses auditeurs, puis ses lecteurs, sa réalisation pour convenir à l’image associé puisque c’est elle qui prédomine. Comme certains ont pu l’entendre lors de la formation avec Caroline Simon, la matérialité du livre est importante pour les enfants, il existe plusieurs supports de l’album simple, en passant par le pop-up ou encore le livre à toucher.



Outre le support, l’aspect intérieur du livre peut apporter beaucoup à la lecture. C’est sur cela que ce concentre la troisième partie de l’ouvrage de Sophie Van der Linden. Puisque le plus souvent les albums que nous côtoyons se trouvent être sous la forme d’un « assemblage de feuillets semi-mobile », mais les textes et images semblent parfois êtres coincé entre deux pages. Il existe pourtant d’autres formats, l’image se dépliant, le texte s’éparpillant. Mais les images que nous avons parlent d’elles même. L’album a, de temps en temps, besoin d’une réelle flexibilité de l’image et du texte. Pour certains lecteurs, cela dérange, pour d’autre c’est un véritable plaisir. Mais Sophie Van der Linden vous explique là l’intérêt de ses modifications et ce qu’elles apportent à la lecture.

Mais le rapport entre le texte et l’image ? Est-il possible de lire sans voir les images, ou bien de voir les images sans lire et de comprendre tout de même l’histoire ? C’est dans une avant dernière partie que l’ouvrage répond à nos interrogations. Puisqu’en effet, même si ils marchent l’un sans l’autre, l’image et le texte sont complémentaires sur de nombreux points.

L’ensemble des points vu précédemment permet d’arriver au « chapitre » final de cet ouvrage : Lectures d’albums. C’est en réalité ce point qui vous intéresse le plus. L’ensemble des éléments vus précédemment permettent de mieux aborder le sujet.
Cet ouvrage semble très pointilleux, il reste pourtant accessible pour tous. Sophie Van der Linden nous permet de comprendre les albums, d’en saisir le sens et d’ouvrir de nouveaux angles de lectures.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les Fiancés de l'hivers de Christelle Dabos

Ouiiiii , merci mes adorables amis historiens que j'aime plus que tout pour mon cadeau de 21 ans !  ♥ Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l'Arche d'Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d'un complot mortel. C 'est un roman purement fantastique et c'est une pure merveille de poésie, d'enchantement et de magie. L'auteure nous embarque dans un monde où l'on épouse un de ses cousins, un monde où l'on vit sur des îlots de terre flottant dans les airs, un monde où l'on se déplace en dirigeable et où les femmes portent de grandes robes. Un endr

U4 - Jules de Carole Trébor

L orsque j'ai acheté ce livre, je ne savais pas si il allait me plaire, c'était un "coup de pocker". Je ne savais pas trop sur quoi me baser et dans quel monde ça allait me mener, je n'avais pas envie de déprimer tout le long.  Si j'ai choisi de lire Jules, c'est que lorsque que j'ai lu la quatrième de couverture, le fait qu'il soit avec une enfant, m'a intrigué. J'avais entendu parler que, dans ce roman, seuls les adolescents de 15 à 18 ans avaient survécu à ce fameux virus U4. Le fait que Jules était avec une petite fille, signifiait donc que, soit elle était spéciale, soit elle était le centre de cette histoire. Quatrième de couverture :  Jules vit reclus dans son appartement du boulevard Saint-Michel, à Paris. Il n'a pas de nouvelles de ses parents, en voyage à Hong Kong lorsque l'épidémie a commencé à se propager. Le spectacle qu'il devine par la fenêtre est effroyable, la rue jonchée de cadavres. Mais il sait qu'

Tout (n')est (pas du tout) sous contrôle - Sophie Henrionnet

Deuxième livre découvert a Lire à Limoges . Il faut bien le dire, l'auteure est fabuleuse. C'était la Kate Middelton du salon ( cette expression ne vient pas de moi ! ). En plus d'être jolie, c'était un véritable plaisir de travailler avec elle, j'ai découvert une personne attachante et pleine de joie de vivre !  Son livre est une pépite, pour vous dire, lors du salon, Sophie Henrionnet n'en avait plus dès le samedi soir ! Je comprends pourquoi maintenant ! Pourtant, petit bémol à la maison d'édition, la première couverture était beaucoup plus jolie et attractive.  La première couverture. J'ai pris mon temps pour le lire, étant dans la montagne de dossiers à rendre et dans un tournant professionnel (si l'on peut dire), j'avais pas mal de choses à penser. Cette petite pépite m'a permis de m'évader un peu de temps en temps. Olympe a 38 ans, un emploi de photographe culinaire qui ne lui plaît qu’à moitié, une fill