Accéder au contenu principal

La vie au bout des doigts - Orianne Charpentier

Ce n'est pas nouveau, j'adore l'Histoire. Et lors de la foire du livre de Brive, j'ai eu la chance de rencontrer Orianne Charpentier et de discuter avec elle de fiction historique. Son roman La vie au bout des doigts est une perle de fiction historique. Dès les première page on découvre une jeune fille, Guenièvre, encore une enfant face à son adolescence, déboussolée par son histoire familiale. Pour être honnête, au début j'ai eu du mal a trouver ma place face à elle. Comprendre son histoire, qui elle est, pourquoi elle est comme ça et surtout pourquoi elle est là. Mais ce qui est certain c'est que nous rencontrons tout d'abord une enfant, naïve mais indépendante qui dévore les ouvrages de Guillaume Apollinaire, nous la quittons femme, forte et différente de celle qu'elle était.


Novembre 1943. Après plusieurs année de pensionnat, Guenièvre, quatorze ans, est une jeune fille rejetée et mal dans sa peau. Certains la traitent de sorcière... Seule l'amitié de Pauline, qui l'ouvre aux réalités de son époque, illumine son existence. Un jour, elle est recueillie par sa grand-mère et apprend la vie à la campagne dans un vieux manoir en ruine mais entourée aussi de l'affection de Perpétue, la fidèle cuisinière, et du bel Edmond, bientôt mobilisé. La Belle Époque bascule alors dans la Grande Guerre et la vie de chacun, hommes, femmes, enfants, s'en trouve bouleversée. Guenièvre devra se battre, elle aussi, à l'arrière, pour survivre au quotidien, percer le secret de sa famille et se découvrir elle-même...



Découvrir la guerre au fur et à mesure que Genièvre la découvre; la voir grandir, devenir une femme, évoluer dans un monde qui n'était le sien, c'est ça que j'ai trouvé fabuleux. Comment cette guerre change les femmes, change leurs habitudes, change la façon d'envisager l'avenir. Mais le petit plus, évidement, c'est ce don que possède la Henriette, la grand mère de Guenièvre, ce don qu'elle lui transmet. C'est cet aspect qui rend se livre différent des autres, la façon dont elle utilise son don pour sauver les autres, cette bienveillance qu'elle a pour les autres, cet amour qui grandit doucement au fur et à mesure de la guerre... C'est un beau roman, avec des notes d'humour, une petite dédicace à Harry Potter (si je vous dis que le nom de la grand mère c'est Henriette Potier ?), une autres aux hommes sur la lune et d'autres petites piques historiques.

Ce roman nous permet d'appréhender la Première Guerre Mondiale différemment, d'en comprendre le fonctionnement, les rouages et les difficultés. Tout en gardant un aspect fictionnel fort, le roman nous transporte dans cette période sombre de l'Histoire de France.

Pour les amoureux des fictions historiques, à partir de 12/13 ans.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les Fiancés de l'hivers de Christelle Dabos

Ouiiiii , merci mes adorables amis historiens que j'aime plus que tout pour mon cadeau de 21 ans !  ♥ Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l'Arche d'Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d'un complot mortel. C 'est un roman purement fantastique et c'est une pure merveille de poésie, d'enchantement et de magie. L'auteure nous embarque dans un monde où l'on épouse un de ses cousins, un monde où l'on vit sur des îlots de terre flottant dans les airs, un monde où l'on se déplace en dirigeable et où les femmes portent de grandes robes. Un endr

U4 - Jules de Carole Trébor

L orsque j'ai acheté ce livre, je ne savais pas si il allait me plaire, c'était un "coup de pocker". Je ne savais pas trop sur quoi me baser et dans quel monde ça allait me mener, je n'avais pas envie de déprimer tout le long.  Si j'ai choisi de lire Jules, c'est que lorsque que j'ai lu la quatrième de couverture, le fait qu'il soit avec une enfant, m'a intrigué. J'avais entendu parler que, dans ce roman, seuls les adolescents de 15 à 18 ans avaient survécu à ce fameux virus U4. Le fait que Jules était avec une petite fille, signifiait donc que, soit elle était spéciale, soit elle était le centre de cette histoire. Quatrième de couverture :  Jules vit reclus dans son appartement du boulevard Saint-Michel, à Paris. Il n'a pas de nouvelles de ses parents, en voyage à Hong Kong lorsque l'épidémie a commencé à se propager. Le spectacle qu'il devine par la fenêtre est effroyable, la rue jonchée de cadavres. Mais il sait qu'

Tout (n')est (pas du tout) sous contrôle - Sophie Henrionnet

Deuxième livre découvert a Lire à Limoges . Il faut bien le dire, l'auteure est fabuleuse. C'était la Kate Middelton du salon ( cette expression ne vient pas de moi ! ). En plus d'être jolie, c'était un véritable plaisir de travailler avec elle, j'ai découvert une personne attachante et pleine de joie de vivre !  Son livre est une pépite, pour vous dire, lors du salon, Sophie Henrionnet n'en avait plus dès le samedi soir ! Je comprends pourquoi maintenant ! Pourtant, petit bémol à la maison d'édition, la première couverture était beaucoup plus jolie et attractive.  La première couverture. J'ai pris mon temps pour le lire, étant dans la montagne de dossiers à rendre et dans un tournant professionnel (si l'on peut dire), j'avais pas mal de choses à penser. Cette petite pépite m'a permis de m'évader un peu de temps en temps. Olympe a 38 ans, un emploi de photographe culinaire qui ne lui plaît qu’à moitié, une fill