Accéder au contenu principal

L'île de Oubli de Mélissa de la Cruz

Haaaaa Disney... Toute mon enfance. Pas vous ? Ma mère les a toujours adoré et dès que je réclamais un dessin animé, elle me sortait un disney. Alors comment vous dire, lorsque j'ai vu ce roman à la médiathèque, il fallait absolument que je le prenne.


Il y a vingt ans, tous les Méchants de tous les contes de fée ont été bannis du royaume d’Auradon et réduits à vivre dans une prison sur une île. Et quand on parle de Méchants, c’est vraiment de la crème de la crème de la méchanceté : Cruella d'Enfer, Maléfique, la Méchante Reine, Jafar et compagnie… Cette île est protégée par une force magique qui maintient les prisonniers et leurs enfants en captivité. La vie y est sinistre et monotone. C’est un endroit sale, qu’on laisse pourrir, oublié du reste du monde… Cependant, dans les profondeurs de la mystérieuse Forteresse Interdite, un œil de Dragon est caché. Il est la clé de leur liberté. Or, seul le Descendant le plus intelligent, le plus mauvais et le plus diabolique pourra le trouver… à moins qu’il s’agisse d’une Descendante ?

J'ai alors découvert avec plaisir les enfants des terribles grands méchants ! Mal, la fille de la terrible Maléfique (dans la belle au bois dormant), Evie, la fille de la méchante reine (la belle mère de blanche neige), Jay le fils de Jafar (le méchant dans Aladin), mais également Carlos, le fils de Cruella (bien évidement la vilaine femme dans les 101 Dalmatiens). J'ai adoré recroiser les noms de Mme Mim (la sorcière folle dans Merlin l'Enchanteur), ou encore Dr Facilier ( le méchant dans la princesse et la grenouille)... On retrouve également les héros des contes, Mulan, Aurore, Belle, les Dalmatiens, les 7 nains, Blanche neige... Et bien évidemment, tous on eu des enfants.
L'histoire est sympathique, peut être un peu longuette au début, mais elle permet de poser les bases du récit. L'écriture est très simple, même si je me suis rendue compte de quelques fautes de traduction, notamment avec la traduction de "Belle" qui est, tout au long du livre, nommé "La Belle". Mais ce n'est qu'un simple détail. L'histoire est bien évidement moralisatrice, et j'ai trouvé ça bien. Remarquez, c'est presque normal pour un disney ! 
Le personnage que j'ai de loin le plus appréciée c'est Carlos. Il ne semble pas du tout dans la même optique que les autres dès le début ! Un peu martyrisé par une mère timbré, il me faisait de la peine. De plus, lui ne pourra jamais utiliser la magie contrairement aux autres qui ont des parents aux pouvoirs magiques (même si ils ne peuvent plus l'utiliser). Chacun des personnages semblent vraiment seul, avant qu'ils se lancent tous dans cette quête qui ne mène finalement à rien. Mais, elle les rassemble. C'est là qu'est le principal.

Je pense que ce roman est surtout fait pour les jeunes ado (11-14 ans), ou alors si vous êtes accros à Disney comme moi, il permet de s'évader et de retourner en enfance. 

J'ai ensuite regarder le film de Disney Chanel. Ce que j'ai trouvé pas mal, c'est que le film commence sur le plan qui termine le livre. Le prince Ben, fils de Belle et de la Bête qui regarde l'île de l'oubli, au loin depuis son château. Je ne savais pas, au départ, que la suite était sous forme de film, mais j'ai trouvé le concept original.
Le film en lui même reste dans l'aspect jeunes adolescents, un lycée, une histoire d'amour, des chansons, une belle fin. Mais c'est sympa à regarder, ça m'a rappelé High school Musical ! 

En bref, c'est plutôt sympa comme concept, je suis curieuse de voir la suite ! ;)

Commentaires

  1. Le concept est super, mais j'ai peur que ce soit un peu trop jeunesse pour moi. C'est dommage, parce que je suis restée une grande fan de Disney, mais au vu de ta chronique ça risque de ne pas le faire.

    RépondreSupprimer
  2. Oui, c'est pour ça que je pense que c'est surtout pour les ados. C'est très enfantin et gnangnan à certain moment ! ;)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Poésies.

Par un temps morose et avec une pile en retard monstrueuse de chroniques, j'ai décidé de vous partager un peu de tendresse et de beauté littéraire dans la poésie de grands auteurs.


L’ÉTERNITÉ.
"Elle est retrouvée. Quoi ? - l’Éternité. C'est la mer allée Avec le soleil.
Âmes sentinelle Murmurons l'aveu De la nuit si nulle Et du jour en feu.
Des humains suffrages, Des communs élans, Là tu te dégages, Et voles selon.
Puisque de vous seules, Braises de satin, Le Devoir s'exhale Sans qu'on dise : enfin.
Là pas d'espérance, Nul orietur. Science avec patience, Le supplice est sûr.
Elle est retrouvée. Quoi ? - l'éternité. C'est la mer allée Avec le soleil. "




Arthur Rimbaud.

Reprendre la main petit à petit.

Hello les bouchons.

Comme vous avez pu le constater, avec une grande déception, je ne me suis pas entièrement remise au blog (BOUUUUU). Oui je sais, je mérite une sentence.  Mais je vous dois de petites explications.  Cette année à été un grand moment dans ma vie d'adulte et d'étudiante. Non seulement parce que j'ai eu ma licence d'Histoire (non pas sans peine, je vous explique plus loin), mais aussi parce que j'ai eu deux jobs et un milliard de choses à faire. Alors comment vous expliquer à quel point c'est compliqué de tout gérer.
Commençons par le commencement. Cette année le CROUS a décidé que mes parents étaient trop riche pour que je puisse avoir accès aux bourses. Génial me direz vous, nous on s'en fiche. Ok, je développe. J'ai donc dû me trouver un job. Et j'ai postulé un peu partout ! J'ai finalement passé un entretien téléphonique pour Lidl, qui c'est poursuivit par un second entretien téléphonique pour finalement devoir passer des…

A la place du cœur de Arnaud Cathrine

Ce roman est particulier, autant vous le dire tout de suite. Avant de commencer j'aimerais seulement dire merci à l'auteur. Merci d'avoir écrit ce roman. Parce qu'il faut écrire ce que l'on traverse, même si c'est au travers d'un roman et de personnages fictifs.  






Six jours dans la vie de Caumes qui vit son premier amour.Six jours de janvier 2015 où la France bascule dans l'effroi.Ce soir, Caumes a 17 ans et attend le déluge. Il ne sait qu'une chose : à la fin de l'année, il quittera sa ville natale pour rejoindre son frère aîné à Paris. Paris, la ville rêvée. Ce soir, Caumes a 17 ans et attend aussi le miracle qui, à son grand étonnement, survient : Esther – sujet de tous ses fantasmes – se décide enfin à lui adresser plus de trois mots, à le regarder droit dans les yeux et à laisser deviner un « plus si affinités »...Nous sommes le mardi 6 janvier 2015 et le monde de Caumes bascule : le premier amour s'annonce et la perspective obsédante de…