Accéder au contenu principal

L'Héritière de Kiera Cass

Je vous laisse découvrir la quatrième de couverture ! 

35 PRÉTENDANTS. 1 PRINCESSE. LE DÉBUT D'UNE NOUVELLE SÉLECTION. 
Vingt ans après la Sélection d'América Singer, et malgré l'abolition des castes, la famille royale d'Illéa doit à nouveau faire face au mécontentement du peuple : l'heure est venue de lancer une nouvelle Sélection.À dix-huit ans, la Princesse Eadlyn se sent prête à devenir reine. Elle l'est beaucoup moins à trouver un mari, au point que cette idée ne l'a même jamais effleurée. Quand elle consente finalement à ce que ses parents organisent une Sélection, Eadlyn voit son quotidien bouleversé par l'arrivée de ses 35 prétendants et la folie médiatique qui l'accompagne. Mais entre les raisons du coeur et la raison d'État, la Princesse va devoir faire des choix, et, au fil des semaines, se prendre à ce jeu dont dépend l'avenir d'Iléal... 

[Ouiiiiiii] Vivement le prochain tome !! Simplement j'ai A-D-O-R-E ! On retrouve la fluidité, la douceur, la tendresse et la facilité de lecture que l'on a dans les trois premiers tomes.
J'avais vraiment peur d'être déçue et déstabilisée par le fait que nous retrouvons les personnages des premiers avec quelques années de plus et qu'ils ne soient plus le centre de l'histoire. En effet Maxon, America, Marlee et les autres sont tous adultes et ont eu des enfants. Kile est le fils de Marlee, et, Eadlyn est elle, la fille de America et Maxon. Ce que j'ai bien aimé c'est qu'en faite les deux "enfants" (ils ont 18-20 ans) ne se connaissent pas réellement. Nous changeons vraiment de personnages, même si l'on garde le même cadre, du coup je n'ai pas été trop dérangé par le passage d'America à Eadlyn. 
Dans ce tome, les choses sont bien différente des trois autres. Nous avons la vision d'une jeune femme qui doit choisir parmi 35 garçons et, qui plus est, ne souhaite pas se marier. Elle aime sa liberté, sa force et sa vie telle qu'elle est. Le contexte est totalement différent des premiers. De plus, les castes n'existent plus, même si elles ont encore un poids lourd dans la société d'Illéa. Eadlyn, qui doit devenir reine, aide son père à faire régner la paix (comme elle peut) sur le royaume. La Sélection est alors une solution temporaire aux problèmes qu'ils rencontrent. Eadlyn est contre mais au fur et à mesure du roman, elle découvre des sentiments totalement inconnus, et c'est un véritable bouleversement pour elle. 
Eadlyn est différente de sa mère, America, elle sait qu'elle va régner et qu'elle a le pouvoir. Elle aime le luxe et est très directive. Mais on la voit évoluer au contact des Sélectionnés. J'ai aimé cette différence entre la mère et la fille. 
De plus nous n'avons pas la même vision et la fin semble moins évidente que pour l'histoire de ses parents. On peut se faire quelques idées, mais l'auteure ne nous donne rien de précis. Le livre se termine, une fois de plus, par un fabuleux coup de théâtre qui nous fait rager de ne pas avoir la suite sous la main ! 
J'espère pouvoir lire rapidement la suite !  :)
Après discutions avec des amies ayant lu les romans, nous en sommes arrivées aux mêmes envies. Un roman sur les débuts de Maxon et America. Je serais vraiment curieuse de découvrir leurs premières années de règne. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les Fiancés de l'hivers de Christelle Dabos

Ouiiiii , merci mes adorables amis historiens que j'aime plus que tout pour mon cadeau de 21 ans !  ♥ Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l'Arche d'Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d'un complot mortel. C 'est un roman purement fantastique et c'est une pure merveille de poésie, d'enchantement et de magie. L'auteure nous embarque dans un monde où l'on épouse un de ses cousins, un monde où l'on vit sur des îlots de terre flottant dans les airs, un monde où l'on se déplace en dirigeable et où les femmes portent de grandes robes. Un endr

U4 - Jules de Carole Trébor

L orsque j'ai acheté ce livre, je ne savais pas si il allait me plaire, c'était un "coup de pocker". Je ne savais pas trop sur quoi me baser et dans quel monde ça allait me mener, je n'avais pas envie de déprimer tout le long.  Si j'ai choisi de lire Jules, c'est que lorsque que j'ai lu la quatrième de couverture, le fait qu'il soit avec une enfant, m'a intrigué. J'avais entendu parler que, dans ce roman, seuls les adolescents de 15 à 18 ans avaient survécu à ce fameux virus U4. Le fait que Jules était avec une petite fille, signifiait donc que, soit elle était spéciale, soit elle était le centre de cette histoire. Quatrième de couverture :  Jules vit reclus dans son appartement du boulevard Saint-Michel, à Paris. Il n'a pas de nouvelles de ses parents, en voyage à Hong Kong lorsque l'épidémie a commencé à se propager. Le spectacle qu'il devine par la fenêtre est effroyable, la rue jonchée de cadavres. Mais il sait qu'

Tout (n')est (pas du tout) sous contrôle - Sophie Henrionnet

Deuxième livre découvert a Lire à Limoges . Il faut bien le dire, l'auteure est fabuleuse. C'était la Kate Middelton du salon ( cette expression ne vient pas de moi ! ). En plus d'être jolie, c'était un véritable plaisir de travailler avec elle, j'ai découvert une personne attachante et pleine de joie de vivre !  Son livre est une pépite, pour vous dire, lors du salon, Sophie Henrionnet n'en avait plus dès le samedi soir ! Je comprends pourquoi maintenant ! Pourtant, petit bémol à la maison d'édition, la première couverture était beaucoup plus jolie et attractive.  La première couverture. J'ai pris mon temps pour le lire, étant dans la montagne de dossiers à rendre et dans un tournant professionnel (si l'on peut dire), j'avais pas mal de choses à penser. Cette petite pépite m'a permis de m'évader un peu de temps en temps. Olympe a 38 ans, un emploi de photographe culinaire qui ne lui plaît qu’à moitié, une fill