Accéder au contenu principal

La Sélection et L'Elite de Kiera Cass

Petite chronique particulière, je viens de finir le tome 2 de la trilogie "La Sélection", L'Elite ! N'étant pas chez mes parents, il me manque le tome trois. Je me suis alors dis que je pourrais vous faire une petite chronique sur les deux tomes.



Voici la quatrième de couverture de La Sélection, tome 1 : 
35 candidates.1 couronne.La compétition de leur vie.Trois cent ans ont passé et les États-Unis ont sombré dans l'oubli. De leurs ruines est née Illea, une monarchie de castes. Mais un jeu de téléréalité pourrait bien changer la donne.Elles sont trente-cinq jeunes filles: la "Sélection" s'annonce comme l'opportunité de leur vie. L'unique chance pour elles de troquer un destin misérable contre un monde de paillettes. L'unique occasion d'habiter dans un palais et de conquérir le coeur du prince Maxon, l'héritier du trône. Mais pour America Singer, cette sélection relève plutôt du cauchemar. Cela signifie renoncer à son amour interdit avec Aspen, un soldat de la caste inférieure. Quitter sa famille. Entrer dans une compétition sans merci. Vivre jour et nuit sous l'oeil des caméras... Puis America rencontre le Prince. Et tous les plans qu'elle avait échafaudés s'en trouvent bouleversés...Tout jeu comporte des règles, et les règles sont faites pour être


transgressées.

Mon avis sur La Sélection :
On m'avait beaucoup parlé de cette trilogie, alors j'ai fini par me lancer dans cette aventure. Je me suis alors lancée avec envie dans cette lecture. C'est avec plaisir que je suis entrée dans le monde d'Illeà. J'ai d'abord découvert les castes, de la première (qui est en faite le cercle de la famille royale) à la huitième. Puis le système de la Sélection, qui est en réalité, un tirage au sort pour que le prince d'Illeà trouve une épouse dans le peuple. Elles sont 35 candidates et veulent l’accès au pouvoir royal. Le système des castes m'a fait penser au roman Divergente de Veronica Roth, quand au système de tirage au sort, il m'a fait penser au roman Hunger Games de Suzanne Collins. Malgré tout, le roman sait se démarquer des autres, notamment par sa fluidité et par le caractère d'America. 
J'ai beaucoup apprécié le fait qu'elle ait tant de mal à comprendre ses propres attentes. Entre le prince Maxon et Aspen il y a très peu de choses en commun, malgré tout, on finit par se mettre à la place d'America et chercher lequel mérite son amour. Entre un amour de jeunesse qui semble impossible et un prince, à l'inverse de tout ce qu'elle avait imaginé. J'ai beaucoup aimé son amitié avec Marlee, une autre candidate. La confiance qu'elles s'accordent est étonnante dans un environnement où la confiance est rare.
J'ai adoré cette lecture qui est un coup de cœur, je suis également heureuse de retrouver enfin une histoire d'amour qui met plus d'une semaine à se concrétiser !
Lorsque l'on se retrouve à la fin du roman, il nous faut absolument la suite sous la main tellement la fin nous laisse sur notre faim. 


Voici la quatrième de couverture de L'Elite : 

La Sélection de 35 candidates s'est réduite comme peau de chagrin, et désormais l'Élite restante n'est plus composée que de 6 prétendantes. L'enjeu pour ces jeunes filles ? Convaincre le Prince Maxon, le Roi et la Reine ses parents, qu'elles sont les mieux à même de monter sur le trône d'Illéa, alors que deux factions de rebelles veulent faire tomber la monarchie.Pour America Singer, demeurer au palais est encore plus compliqué : ses sentiments envers Maxon viennent se heurter à l'amour qu'elle éprouve depuis l'enfance pour Aspen, garde royal qu'elle croise tous les jours dans les galeries, et à son sens aigu de la justice trop souvent déçu par les décisions royales...Entre intrigues de cour, dilemmes tragiques et loyautés divisées, America navigue à vue dans la tourmente, en quête du déclic qui changera à jamais le cours de sa vie...
Mon avis pour L'Elite :
Le second tome ne m'a pas déçu et c'est avec plaisir que j'ai découvert la suite des aventures d'America. J'ai beaucoup aimé cette suite qui, je trouve, se place parfaitement dans la continuité du premier tome. L'écriture reste fluide et compréhensible. Avec quelques rappels au premier tome, on s'y retrouve dans l'histoire, au cas où l'on commence à se perdre dans le monde d'America, Marlee et les autres. La complicité entre les deux amies est toujours aussi forte et ne cesse de grandir. Pourtant, elles se retrouvent face à de terribles problèmes qui vont les mettre à l'épreuve. 
Il est vrai que je ne veux pas trop vous en dire, de peur de trop en dévoiler. Kiera Cass ne nous rend que plus accro à ses héros que l'on a envie de suivre. 
Nous sommes alors passionnés par La Sélection, lorsque l'on ferme le second tome, avec l'envie d'ouvrir le troisième et de découvrir le fin mot de cette Sélection pour le prince Maxon.


Il est vrai que je vous en ai dit peu sur les deux premiers romans de la trilogie de Kiera Cass. Je vous invite donc à en savoir plus, d'ici quelques temps, lors de ma vidéo bilan du mois de janvier où je parlerai de mes lectures.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les Fiancés de l'hivers de Christelle Dabos

Ouiiiii , merci mes adorables amis historiens que j'aime plus que tout pour mon cadeau de 21 ans !  ♥ Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l'Arche d'Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d'un complot mortel. C 'est un roman purement fantastique et c'est une pure merveille de poésie, d'enchantement et de magie. L'auteure nous embarque dans un monde où l'on épouse un de ses cousins, un monde où l'on vit sur des îlots de terre flottant dans les airs, un monde où l'on se déplace en dirigeable et où les femmes portent de grandes robes. Un endr

U4 - Jules de Carole Trébor

L orsque j'ai acheté ce livre, je ne savais pas si il allait me plaire, c'était un "coup de pocker". Je ne savais pas trop sur quoi me baser et dans quel monde ça allait me mener, je n'avais pas envie de déprimer tout le long.  Si j'ai choisi de lire Jules, c'est que lorsque que j'ai lu la quatrième de couverture, le fait qu'il soit avec une enfant, m'a intrigué. J'avais entendu parler que, dans ce roman, seuls les adolescents de 15 à 18 ans avaient survécu à ce fameux virus U4. Le fait que Jules était avec une petite fille, signifiait donc que, soit elle était spéciale, soit elle était le centre de cette histoire. Quatrième de couverture :  Jules vit reclus dans son appartement du boulevard Saint-Michel, à Paris. Il n'a pas de nouvelles de ses parents, en voyage à Hong Kong lorsque l'épidémie a commencé à se propager. Le spectacle qu'il devine par la fenêtre est effroyable, la rue jonchée de cadavres. Mais il sait qu'

Tout (n')est (pas du tout) sous contrôle - Sophie Henrionnet

Deuxième livre découvert a Lire à Limoges . Il faut bien le dire, l'auteure est fabuleuse. C'était la Kate Middelton du salon ( cette expression ne vient pas de moi ! ). En plus d'être jolie, c'était un véritable plaisir de travailler avec elle, j'ai découvert une personne attachante et pleine de joie de vivre !  Son livre est une pépite, pour vous dire, lors du salon, Sophie Henrionnet n'en avait plus dès le samedi soir ! Je comprends pourquoi maintenant ! Pourtant, petit bémol à la maison d'édition, la première couverture était beaucoup plus jolie et attractive.  La première couverture. J'ai pris mon temps pour le lire, étant dans la montagne de dossiers à rendre et dans un tournant professionnel (si l'on peut dire), j'avais pas mal de choses à penser. Cette petite pépite m'a permis de m'évader un peu de temps en temps. Olympe a 38 ans, un emploi de photographe culinaire qui ne lui plaît qu’à moitié, une fill