Accéder au contenu principal

L'importance de la musique.





J'ai décidé de faire un petit post pour vous expliquer pourquoi la musique a une telle importance pour moi. Certains trouveront ça inutile, mais je trouve que cela explique pourquoi j'ai pris l'initiative de créer une partie musicale a un blog que je ne voulais, au départ, que littéraire.
Comme j'ai pu le dire auparavant je suis musicienne, je joue de la flûte traversière depuis a peu prés onze ans maintenant. Vous devez surement vous demandez pourquoi j'ai voulu faire de la musique et plus particulièrement de la flûte. Je crois que ce n'était pas une question chez moi, je devais devenir musicienne. Puis je l'étais déjà un peu dans ma tête depuis petite. Je suis d'une famille de musiciens donc des que j'ai su parler, on m'a tout de suite demandé quel genre d'instrument j'avais envie de faire. Jusqu’à mes huit ans j'ai réfléchis et aie finalement choisi la flûte. Je ne voulais pas faire de la flûte traversière au départ, mais de la flûte piccolo, c'est avec une grande déception que j'ai appris que pour savoir jouer de la petite flûte il fallait savoir jouer de la grande. J'ai donc commencer, non pas avec difficulté, mais heureuse d'être a mon tour une véritable musicienne.
Mes parents font parti d'une banda (une banda c'est un groupe musical qui défile dans la rue, fait des férias, des festivals et autres). Dés mon plus jeune âge j'ai donc été souvent embarqué pour voir des concerts de notre banda ou d'autres formations musicales. J'ai donc pu me faire ma propre "éducation musicale". Mon papa adorant le pop rock et le jazz j'ai hérité de ses goûts musicaux. Mais le genre banda est bien plus profond et me ressemble, la folie des grandes scènes (Condom par exemple), la joie des gens... Je ne vous cache pas que plusieurs fois dans ma vie j'ai voulu arrêter (notamment durant ma période "rebelle" vers 15 ans). Dans cette banda c'est la que je vis les meilleurs moment de ma vie sans aucun doute. Plus de timidité, plus de gêne face aux autres, plus de malaise, je suis simplement quelqu'un d'autre.




J'ai du rentrer à la banda vers 13-14 ans. Je ne sais pas si on peut clairement dire que j'y suis entré car j'y avais toujours été un peu. En tout cas j'ai commencée à faire quelques sorties, par-ci, par-là. Je crois que ma véritable première sortie de musique, en tant que musicienne, c'était dans un tout petit village où l'on avait fait un petit carnaval, bref, pour moi j'étais enfin musicienne. Mais, je l'avoue, c'est vers cet age là que j'ai commencé à ne plus avoir envie de rien, je voulais être comme mes amies, ne pas avoir de cours de musique, ne pas avoir mes vendredi soir de pris par la banda. A peu prés un an et demi après mon entrée dans la banda, je me suis cassé l'épaule, résultat, presque un an sans flûte. Je pense que c'est pendant cette longue période que j'ai compris à quel point la musique était essentielle pour moi, a quel point elle m'aidait à aller bien.
J'ai donc commencée a faire quelques sorties de musique, ma première de deux jours a été à Mazirat pour la Saint-Cochon, il avait tellement plut que j'avais les doigts gelés (surtout sue c'était en février). Bref, malgré tout c'est là que banda à eu le goût de la liberté, de pouvoir monter sur les tables pour danser, de chanter à en hurler, d'être filmé, pris en photo, parler à des inconnu sans avoir peur, partager ma passion... 




Aujourd'hui la musique garde la même importance, elle est peut être même encore plus grande. En 2013, je me suis faite tatouée cette passion, non pas sur un coup de tête, mais pour ne jamais oublier cette folie musicale, même dans quatre vingt ans. J'ai enfin mon rêve de petite fille, je joue de la flûte piccolo entourée des mes amis et de ma famille. 

La lecture étant la seconde chose dans mes gênes j'ai toujours lu en écoutant de la musique. Bien évidement je n'écoute pas que de la musique banda, du jazz ou de la pop rock. Lorsque je lis j'aime écouter des balades de groupes de rock, notamment Iridescent de Linkin Park, ou encore Iris de U2 (je sais que pour certains ce n'est pas du rock, débat à part). J'aime beaucoup accompagner mes lectures de quelques morceaux de Indochine ou encore du chanteur Raphaël. Je trouve dans la voix de Raphaël quelque chose de presque cristallin qui me porte dans mes lectures. Lorsque j'ai lu les tomes de Twilight, il y a de ça quelques années, j'écoutais sans cesse l'album Caravane de Raphaël, du coup c'est qu'aujourd'hui encore lorsque je l'entend je me retrouve transporté dans Twilight
Maintenant, il n'est pas rare de trouver en début de roman une play list à écouter en même temps et j'avoue que j'aime beaucoup. C'est comme si l'on était un peu plus plongé dans notre livre, un peu plus avec le personnage. Après, il est vrai que toutes les musiques ne vont pas avec tous les livres. Mais chacun ressent la musique différemment, selon son état d'esprit, selon ça façon d'être, selon son humeur, ou simplement selon sa personnalité. La musique, c'est quelque chose qui se partage et lorsque je lis, j'ai la sensation de partager ma musique avec les personnages, avec leur histoire ; ça devient la "bande originale" du livre. 

J'espère que ce post vous à plu et vous à permis de comprendre un peu cette passion que j'ai pour la musique. Je profite par la même occasion à faire un petit hommage à mon petit chat qui est parti rejoindre les étoiles après ses dix belles années.  



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les Fiancés de l'hivers de Christelle Dabos

Ouiiiii , merci mes adorables amis historiens que j'aime plus que tout pour mon cadeau de 21 ans !  ♥ Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l'Arche d'Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d'un complot mortel. C 'est un roman purement fantastique et c'est une pure merveille de poésie, d'enchantement et de magie. L'auteure nous embarque dans un monde où l'on épouse un de ses cousins, un monde où l'on vit sur des îlots de terre flottant dans les airs, un monde où l'on se déplace en dirigeable et où les femmes portent de grandes robes. Un endr

U4 - Jules de Carole Trébor

L orsque j'ai acheté ce livre, je ne savais pas si il allait me plaire, c'était un "coup de pocker". Je ne savais pas trop sur quoi me baser et dans quel monde ça allait me mener, je n'avais pas envie de déprimer tout le long.  Si j'ai choisi de lire Jules, c'est que lorsque que j'ai lu la quatrième de couverture, le fait qu'il soit avec une enfant, m'a intrigué. J'avais entendu parler que, dans ce roman, seuls les adolescents de 15 à 18 ans avaient survécu à ce fameux virus U4. Le fait que Jules était avec une petite fille, signifiait donc que, soit elle était spéciale, soit elle était le centre de cette histoire. Quatrième de couverture :  Jules vit reclus dans son appartement du boulevard Saint-Michel, à Paris. Il n'a pas de nouvelles de ses parents, en voyage à Hong Kong lorsque l'épidémie a commencé à se propager. Le spectacle qu'il devine par la fenêtre est effroyable, la rue jonchée de cadavres. Mais il sait qu'

Tout (n')est (pas du tout) sous contrôle - Sophie Henrionnet

Deuxième livre découvert a Lire à Limoges . Il faut bien le dire, l'auteure est fabuleuse. C'était la Kate Middelton du salon ( cette expression ne vient pas de moi ! ). En plus d'être jolie, c'était un véritable plaisir de travailler avec elle, j'ai découvert une personne attachante et pleine de joie de vivre !  Son livre est une pépite, pour vous dire, lors du salon, Sophie Henrionnet n'en avait plus dès le samedi soir ! Je comprends pourquoi maintenant ! Pourtant, petit bémol à la maison d'édition, la première couverture était beaucoup plus jolie et attractive.  La première couverture. J'ai pris mon temps pour le lire, étant dans la montagne de dossiers à rendre et dans un tournant professionnel (si l'on peut dire), j'avais pas mal de choses à penser. Cette petite pépite m'a permis de m'évader un peu de temps en temps. Olympe a 38 ans, un emploi de photographe culinaire qui ne lui plaît qu’à moitié, une fill