Accéder au contenu principal

"Nymphéas Noirs" de Michel Bussi



Pour pouvoir vous présenter ce roman, je ne vois pas d'autre solution que de vous mettre directement le résumé de la quatrième de couverture. J'ai peur, si je me lance à le faire moi même, de trop en dire et de gâcher tout le livre. Avant tout je dois vous avouer que j'ai eu un mal fou à avancer dans le roman. Je pense que pour le lire il faut être posé et avoir du temps pour être concentrer sur le fil de l'histoire. Malgré tout je vous assure que lorsqu'on est accroché, l'histoire est follement géniale (et dingue). 
Un jour paraît sur Giverny. Du haut de son moulin, une vieille dame veille, surveille. Le quotidien du village, les cars de touristes... Des silhouettes et des vies. Deux femmes, en particulier, se détachent : l'une, les yeux couleur nymphéas, rêve d'amour et d'évasion ; l'autre, onze ans, ne vit déjà que pour la peinture. Deux femmes qui vont se trouver au cœur d'un tourbillon orageux. Car dans le village de Monet, où chacun est une énigme, où chaque âme a son secret, des drames vont venir diluer les illusions et raviver les blessures du passé. 



C'est un livre où à chaque instant le doute plane. Les Nymphéas sont toujours présent, ce rapport à la peinture de Monet m'a énormément plu. Le peintre n'est pas seulement utilisé pour expliquer le choix de la ville de Giverny, il a sa place dans l'histoire également. C'est quelque chose qui donne un caractère presque réel aux protagonistes. Le problème que j'ai eu c'est que je me suis rapidement perdue (surtout avec une lecture coupée par des le travail) dans de sublimes descriptions et l'histoire en elle même, les personnages... Mais arrive un moment, où même avec une lecture entre-coupée, les choses deviennent plus claire et l'histoire semble évidente. Je vous avoue qu'à la fin je me suis sentie bête de ne pas y avoir pensé plus tôt !

J'ai fais quelques recherche sur Giverny et les Nymphéas Noir. Je vous situe rapidement ça, en image ! 




Giverny clignote en bleu à droite.




Un des Nymphéas noir de Monet.


PS : Lisez bien la quatrième de couverture, la réponse à l'énigme du livre se trouve peut être sous nos yeux sans même que nos yeux ne comprennent.

Pocket, 2010, 504 pages. 7,60 euros.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Poésies.

Par un temps morose et avec une pile en retard monstrueuse de chroniques, j'ai décidé de vous partager un peu de tendresse et de beauté littéraire dans la poésie de grands auteurs.


L’ÉTERNITÉ.
"Elle est retrouvée. Quoi ? - l’Éternité. C'est la mer allée Avec le soleil.
Âmes sentinelle Murmurons l'aveu De la nuit si nulle Et du jour en feu.
Des humains suffrages, Des communs élans, Là tu te dégages, Et voles selon.
Puisque de vous seules, Braises de satin, Le Devoir s'exhale Sans qu'on dise : enfin.
Là pas d'espérance, Nul orietur. Science avec patience, Le supplice est sûr.
Elle est retrouvée. Quoi ? - l'éternité. C'est la mer allée Avec le soleil. "




Arthur Rimbaud.

Spectacle Popa.

L'avantage du service civique dans un service de culture, c'est les petites pépites que l'on découvre. J'ai donc pu assister au merveilleux spectacle Popa de la compagnie Le pied en dedans. Deux artistes mettent en place un monde féerique autour de livres. Un spectacle pour les petits qui sait émerveiller les plus grands.

 C'est une feuille de papier qui s’installe devant vous. C’est petit à petit une histoire visuelle sur les éléments de la nature qui se réveillent. Un voyage intemporel qui nous emmène sur l’eau, dans un nuage, au travers d’une foret, accompagné d’une musique douce et d’un mouvement chorégraphique d’ombre. Création éphémère de papier, le spectacle PoPa donne lieu à une lecture silencieuse, remplie de sagesse et d’imaginaire. 
Des bébés aux petits de 6 ans, ils étaient tous aux anges face aux ombres du livre Pleine Lune de Antoine Guilloppé. Les deux actrices utilisent un rétro-projecteur pour nous faire voyager dans cette forêt où les anim…

Reprendre la main petit à petit.

Hello les bouchons.

Comme vous avez pu le constater, avec une grande déception, je ne me suis pas entièrement remise au blog (BOUUUUU). Oui je sais, je mérite une sentence.  Mais je vous dois de petites explications.  Cette année à été un grand moment dans ma vie d'adulte et d'étudiante. Non seulement parce que j'ai eu ma licence d'Histoire (non pas sans peine, je vous explique plus loin), mais aussi parce que j'ai eu deux jobs et un milliard de choses à faire. Alors comment vous expliquer à quel point c'est compliqué de tout gérer.
Commençons par le commencement. Cette année le CROUS a décidé que mes parents étaient trop riche pour que je puisse avoir accès aux bourses. Génial me direz vous, nous on s'en fiche. Ok, je développe. J'ai donc dû me trouver un job. Et j'ai postulé un peu partout ! J'ai finalement passé un entretien téléphonique pour Lidl, qui c'est poursuivit par un second entretien téléphonique pour finalement devoir passer des…