Accéder au contenu principal

J'étais là de Gayle Forman

Un roman dont je vous laisse découvrir la quatrième de couverture.


Quand j'ai appris la mort de Meg, j'ai cru qu'elle me faisait une blague. Une de celles dont elle avait le secret.Elle avait tout prévu : la méthode, le lieu, ce qu'il faudrait faire de ses biens. Et même ce fichu mail, envoyé en différé, annonçant qu'elle en finissait avec la vie.Ensuite, il a fallu affronter la pitié des habitants de Plouc-la-ville. Faire face aux questions que je lisais sur tous les visages.Oui, Meg était ma meilleure amie.Non, je n'était pas au courant.Pourquoi ne m'avait-elle rien dit? Elle avait eu besoin de moi, et je n'avais pas été à la hauteur.Pourtant, j'étais là. 






Je ne sais pas par où commencer.
C'est une de mes amies qui m'a demandé de le lire, elle n'y arrivait pas. J'ai eu beaucoup de mal à entrer dans l'histoire. Cody perd sa meilleure amie. Elle l'a déjà perdue lorsqu'on la rencontre, et, elle c'est perdue au même moment.
Une mère peu présente, un père inconnu, une fac qui n'est pas celle qu'elle voulait. Elle semble n'avoir rien pour s'en sortir. La seule chose qui semblait la tenir c'était Meg, et sa famille. Pourtant lorsque celle ci est partie à Seattle, Cody lui en a voulu. Tellement qu'elles ne se sont presque pas parlé.
On se retrouve alors face à la culpabilité de Cody. Elle se sent seule, et coupable de rien avoir vu ni compris. En même temps, je crois que je la comprend, je comprend aussi l'amitié qu'il y avait entre les deux jeunes filles, qui ont approximativement mon age. Je n'imagine pas perdre une de mes meilleures amies dans ces conditions là. Je ne sais pas si je serais capable de m'en relever.
Les parents de Meg demandent à Cody d'aller chercher à Seattle les affaires de Meg qui restent dans sa colocation étudiante. Cody va alors découvrir une facette de sa meilleure amie qu'elle ne lui connaissait pas.
Le roman nous met face à des sentiments que l'on ressentirai sûrement tous dans cette situation là. La peur, la culpabilité, la colère, l'envie de comprendre...
Mais il ne s'arrête pas à ça. Il y a cette rencontre, avec Ben, un homme dont Meg était tombé amoureuse, mais qui l'a repoussé. On est face à sa culpabilité, qui  est tout autre de celle de Cody.
A eux deux ils vont tenter de découvrir ce qui à poussé Meg à en finir avec la vie.

Ce roman est difficile. Je ne sais pas si c'est le cas pour tout les lecteurs. Personnellement il m'a poussé à la réflexion. C'est compliqué, violent et fort.
Entre reproches, tendresse et amour, nous sommes dans un flot continuel d'émotions.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les Fiancés de l'hivers de Christelle Dabos

Ouiiiii , merci mes adorables amis historiens que j'aime plus que tout pour mon cadeau de 21 ans !  ♥ Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l'Arche d'Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d'un complot mortel. C 'est un roman purement fantastique et c'est une pure merveille de poésie, d'enchantement et de magie. L'auteure nous embarque dans un monde où l'on épouse un de ses cousins, un monde où l'on vit sur des îlots de terre flottant dans les airs, un monde où l'on se déplace en dirigeable et où les femmes portent de grandes robes. Un endr

U4 - Jules de Carole Trébor

L orsque j'ai acheté ce livre, je ne savais pas si il allait me plaire, c'était un "coup de pocker". Je ne savais pas trop sur quoi me baser et dans quel monde ça allait me mener, je n'avais pas envie de déprimer tout le long.  Si j'ai choisi de lire Jules, c'est que lorsque que j'ai lu la quatrième de couverture, le fait qu'il soit avec une enfant, m'a intrigué. J'avais entendu parler que, dans ce roman, seuls les adolescents de 15 à 18 ans avaient survécu à ce fameux virus U4. Le fait que Jules était avec une petite fille, signifiait donc que, soit elle était spéciale, soit elle était le centre de cette histoire. Quatrième de couverture :  Jules vit reclus dans son appartement du boulevard Saint-Michel, à Paris. Il n'a pas de nouvelles de ses parents, en voyage à Hong Kong lorsque l'épidémie a commencé à se propager. Le spectacle qu'il devine par la fenêtre est effroyable, la rue jonchée de cadavres. Mais il sait qu'

Tout (n')est (pas du tout) sous contrôle - Sophie Henrionnet

Deuxième livre découvert a Lire à Limoges . Il faut bien le dire, l'auteure est fabuleuse. C'était la Kate Middelton du salon ( cette expression ne vient pas de moi ! ). En plus d'être jolie, c'était un véritable plaisir de travailler avec elle, j'ai découvert une personne attachante et pleine de joie de vivre !  Son livre est une pépite, pour vous dire, lors du salon, Sophie Henrionnet n'en avait plus dès le samedi soir ! Je comprends pourquoi maintenant ! Pourtant, petit bémol à la maison d'édition, la première couverture était beaucoup plus jolie et attractive.  La première couverture. J'ai pris mon temps pour le lire, étant dans la montagne de dossiers à rendre et dans un tournant professionnel (si l'on peut dire), j'avais pas mal de choses à penser. Cette petite pépite m'a permis de m'évader un peu de temps en temps. Olympe a 38 ans, un emploi de photographe culinaire qui ne lui plaît qu’à moitié, une fill