Accéder au contenu principal

Love Letters to the Dead - Ava DALLAIRA

Je vous présente donc aujourd'hui une de mes dernières lectures, Love Letters to the Dead de Ava DALLAIRA. Pour ceux qui ont vu ma vidéo Booktube, j'en parle déjà un peu. Je vous laisse découvrir la quatrième de couverture. 



Au commencement, c'était un simple devoir. Ecrire une lettre à un mort. Laurel a choisi Kurt Cobain, parce que sa grande soeur May l'adorait. Et qu'il est mort jeune, comme May. Très vite, le carnet de Laurel se remplit de lettres où elle dresse son propre portrait de lycéenne, celui de ses nouveaux amis, de son premier amour... Mais pour faire son deuil, Laurel devra se confronter au secret qui la tourmente, et faire face à ce qui s'est réellement passé, la nuit où May est décédée.

Ce roman me donnait envie depuis un bon moment, j'avais lu de bonne critiques. J'ai pourtant eu beaucoup de mal à entrer dans l'histoire de Laurel.
En effet, le fait que nous ayons que les mots de Laurel, par ses lettres, sans avoir le point de vue des autres personnages est difficile. De plus le roman est épistolaire, mais que dans un seul sens. C'est spécial puisque que les lettres sont toutes adressées à des personnalités mortes. Du coup il est vrai que c'est difficile d'entrer dans le monde de Laurel. 
Aux environs de 180 pages, je crois que j'ai commencé à vraiment accrocher. On comprend peu à peu le comportement de Laurel, on en apprend sur elle, sur sa vie, sur son histoire et celle de sa sœur May. Il est vrai que Laurel semble vouloir faire "vivre" sa sœur à travers elle, tente de lui ressembler dans le comportement comme dans le physique. C'est difficile, je trouve, de se trouver au point de vue du lecteur, au départ on ne comprend pas vraiment pourquoi Laurel a ce comportement. Puis il y a Sky, le garçon qu'elle rencontre et qui la protège, on ne sait rien de lui, on apprend à le connaître en même temps que l'on comprend qui était vraiment May. Il est mystérieux et on se doute rapidement qu'il semble cacher quelque chose qui est en rapport à l'histoire de Laurel. 
Puis on découvre la vraie Laurel, une jeune fille qui souffre, mal dans sa peau, silencieuse. Celle pour qui l'amour est compliqué à comprendre, entre ses parents séparés et sa sœur qui ne lui a jamais donné les cartes pour déchiffrer la vie.
J'ai pleuré, je l'avoue. Beaucoup même. Je ne peux pas trop vous expliquer pourquoi je risquerai de vous Spoiler ! Mais je peux vous dire que certains passages, pas longtemps avant la fin du roman, m'ont plongés dans une sorte de nostalgie douce et triste. Certains passages ont fait surgir en moi des émotions fortes et profondes. 
L'histoire de Laurel est difficile, triste, horrible et l'auteure sait la mettre sur papier de façon tendre. 
J'avais peur de vraiment être déçue, avec un début difficile, mais les émotions et sentiments sont forts. C'est un roman qui parle de la vie et de la valeur qu'elle a. 
Malgré un début compliqué, le roman sort des chantiers battus, par son style mais également par la leçon qu'il nous donne. 

Michel Lafon, 2014, 16,95 euros.



Ps : La prochaine chronique sera mardi 23 février ! Je vous souhaite une belle journée !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les Fiancés de l'hivers de Christelle Dabos

Ouiiiii , merci mes adorables amis historiens que j'aime plus que tout pour mon cadeau de 21 ans !  ♥ Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l'Arche d'Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d'un complot mortel. C 'est un roman purement fantastique et c'est une pure merveille de poésie, d'enchantement et de magie. L'auteure nous embarque dans un monde où l'on épouse un de ses cousins, un monde où l'on vit sur des îlots de terre flottant dans les airs, un monde où l'on se déplace en dirigeable et où les femmes portent de grandes robes. Un endr

U4 - Jules de Carole Trébor

L orsque j'ai acheté ce livre, je ne savais pas si il allait me plaire, c'était un "coup de pocker". Je ne savais pas trop sur quoi me baser et dans quel monde ça allait me mener, je n'avais pas envie de déprimer tout le long.  Si j'ai choisi de lire Jules, c'est que lorsque que j'ai lu la quatrième de couverture, le fait qu'il soit avec une enfant, m'a intrigué. J'avais entendu parler que, dans ce roman, seuls les adolescents de 15 à 18 ans avaient survécu à ce fameux virus U4. Le fait que Jules était avec une petite fille, signifiait donc que, soit elle était spéciale, soit elle était le centre de cette histoire. Quatrième de couverture :  Jules vit reclus dans son appartement du boulevard Saint-Michel, à Paris. Il n'a pas de nouvelles de ses parents, en voyage à Hong Kong lorsque l'épidémie a commencé à se propager. Le spectacle qu'il devine par la fenêtre est effroyable, la rue jonchée de cadavres. Mais il sait qu'

Tout (n')est (pas du tout) sous contrôle - Sophie Henrionnet

Deuxième livre découvert a Lire à Limoges . Il faut bien le dire, l'auteure est fabuleuse. C'était la Kate Middelton du salon ( cette expression ne vient pas de moi ! ). En plus d'être jolie, c'était un véritable plaisir de travailler avec elle, j'ai découvert une personne attachante et pleine de joie de vivre !  Son livre est une pépite, pour vous dire, lors du salon, Sophie Henrionnet n'en avait plus dès le samedi soir ! Je comprends pourquoi maintenant ! Pourtant, petit bémol à la maison d'édition, la première couverture était beaucoup plus jolie et attractive.  La première couverture. J'ai pris mon temps pour le lire, étant dans la montagne de dossiers à rendre et dans un tournant professionnel (si l'on peut dire), j'avais pas mal de choses à penser. Cette petite pépite m'a permis de m'évader un peu de temps en temps. Olympe a 38 ans, un emploi de photographe culinaire qui ne lui plaît qu’à moitié, une fill