Accéder au contenu principal

Free Fall - Leah Raeder

Je vous laisse découvrir la quatrième de couverture d'un roman énigmatique. 


Je l’ai rencontré dans une foire. L’été où j’ai eu dix-huit ans, dans le chaos des néons et de l’excitation, j’ai rencontré un homme si gentil, si beau, qu’il semblait venir d’un autre monde. Nous avons eu une nuit : intense, effrayante, réelle. Puis j’ai fui, comme je le fais toujours. Parce que je ne voulais pas être abandonnée une nouvelle fois. Mais je n’ai pas couru assez loin. Je le connaissais sous le nom d’Evan cette nuit-là. Quand je suis entrée dans sa classe, il est devenu Mr. Wilke. Mon professeur. Je ne sais pas si ce que nous faisons est mal. Les règles disent une chose, mon coeur dit de ne pas les écouter. Je ne peux pas lui faire perdre son travail. Et je ne peux pas le perdre. Dans les films, tout ceci aurait une fin heureuse. Je grandis. J’aime, je perds, j’apprends. Et je vais de l’avant. Mais c’est la vie, et il n’y a pas de scénario. Vous l’écrivez au fur et à mesure. Et vous ne priez pas pour une fin heureuse. Vous priez pour que cela ne s’arrête jamais.

Par où commencer. 
Le roman me donnait envie (comme beaucoup), sauf que, à la lecture des premières pages, j'ai eu peur.  Je me suis dis "non pas encore un livre de cul" (oui oui, clairement !). Finalement non... Enfin, si. Mais pas tout au long du roman. La première scène de sexe m'a donnée envie de refermer le roman, de ne pas continuer et d'abandonner. Mais ce n'est pas mon genre, je suis plutôt coriace comme fille. 

L'histoire a su me surprendre, une première fois, par la force des émotions, puis une deuxième et là, les émotions retranscrites sur le papier ont su me charmer. Je me suis d'abord attachée à Evan, le personnage secondaire. C'est bien la première fois que ça m'arrive, m’attacher à un personnage secondaire avant le principal. 
Je vous avoue que Maise me mettait un peu mal à l'aise au début de ma lecture. Jeune fille libertine, qui semble sans peur, sans attache mais aussi perdue, seule et malheureuse. Evan, quant à lui, m'a tout de suite plu, lors de leur rencontre, il lui dit qu'il veut apprendre à la connaître. Maise a peur de rester avec lui, de le connaître, de savoir qui il est, de s'attacher. J'ai eu beaucoup de mal à la cerner, pourquoi une jeune fille aussi seule et malheureuse fuit un homme qui semble doux et protecteur. 
Puis on apprend à la connaître, sans père avec une mère accro aux drogues, sans réels amis. Une fille perdue. Puis on apprend qu'elle veut devenir réalisatrice. On comprend qu'elle est intelligente, perdue et qu'elle se bat pour réussir sa vie et là alors, j'ai eu envie de devenir son ami(e), de la connaître encore plus, de l'aider. 
Evan, lui, reste très secret pendant une grande partie du roman. Il est tendre et doux avec elle.

Lorsque j'ai fermé le roman, j'ai eu la folle envie de ressentir le plaisir de tomber (retomber) amoureuse. Voilà ce que m'a fait ressentir ce roman. 
On se dit qu'en faite l'amour c'est beau, tendre, fort, violent, tumultueux et provocant.
J'ai apprécié ma lecture, au fur et à mesure, j'ai réussi à apprivoisé les personnages.
Malgré un roman où le sexe est un élément essentiel à la trame de l'histoire, de fabuleux sentiments pointent le bout de leurs nez et nous font tomber dans un tourbillon de sensations toutes aussi douces les unes que les autres. 

Commentaires

  1. Je ne connaissais pas du tout ce livre, il m'intrigue et ça me donne envie de le lire :)
    Merci pour cette découverte !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Poésies.

Par un temps morose et avec une pile en retard monstrueuse de chroniques, j'ai décidé de vous partager un peu de tendresse et de beauté littéraire dans la poésie de grands auteurs.


L’ÉTERNITÉ.
"Elle est retrouvée. Quoi ? - l’Éternité. C'est la mer allée Avec le soleil.
Âmes sentinelle Murmurons l'aveu De la nuit si nulle Et du jour en feu.
Des humains suffrages, Des communs élans, Là tu te dégages, Et voles selon.
Puisque de vous seules, Braises de satin, Le Devoir s'exhale Sans qu'on dise : enfin.
Là pas d'espérance, Nul orietur. Science avec patience, Le supplice est sûr.
Elle est retrouvée. Quoi ? - l'éternité. C'est la mer allée Avec le soleil. "




Arthur Rimbaud.

Reprendre la main petit à petit.

Hello les bouchons.

Comme vous avez pu le constater, avec une grande déception, je ne me suis pas entièrement remise au blog (BOUUUUU). Oui je sais, je mérite une sentence.  Mais je vous dois de petites explications.  Cette année à été un grand moment dans ma vie d'adulte et d'étudiante. Non seulement parce que j'ai eu ma licence d'Histoire (non pas sans peine, je vous explique plus loin), mais aussi parce que j'ai eu deux jobs et un milliard de choses à faire. Alors comment vous expliquer à quel point c'est compliqué de tout gérer.
Commençons par le commencement. Cette année le CROUS a décidé que mes parents étaient trop riche pour que je puisse avoir accès aux bourses. Génial me direz vous, nous on s'en fiche. Ok, je développe. J'ai donc dû me trouver un job. Et j'ai postulé un peu partout ! J'ai finalement passé un entretien téléphonique pour Lidl, qui c'est poursuivit par un second entretien téléphonique pour finalement devoir passer des…

A la place du cœur de Arnaud Cathrine

Ce roman est particulier, autant vous le dire tout de suite. Avant de commencer j'aimerais seulement dire merci à l'auteur. Merci d'avoir écrit ce roman. Parce qu'il faut écrire ce que l'on traverse, même si c'est au travers d'un roman et de personnages fictifs.  






Six jours dans la vie de Caumes qui vit son premier amour.Six jours de janvier 2015 où la France bascule dans l'effroi.Ce soir, Caumes a 17 ans et attend le déluge. Il ne sait qu'une chose : à la fin de l'année, il quittera sa ville natale pour rejoindre son frère aîné à Paris. Paris, la ville rêvée. Ce soir, Caumes a 17 ans et attend aussi le miracle qui, à son grand étonnement, survient : Esther – sujet de tous ses fantasmes – se décide enfin à lui adresser plus de trois mots, à le regarder droit dans les yeux et à laisser deviner un « plus si affinités »...Nous sommes le mardi 6 janvier 2015 et le monde de Caumes bascule : le premier amour s'annonce et la perspective obsédante de…