Accéder au contenu principal

Jason Hewitt - Le silence des bombes.

Voilà un des romans de ma liste sur les "romans de guerre". Je vous laisse avant toutes choses découvrir la quatrième de couverture. 


Afficher l'image d'origine
Juillet 1940. Lydia à onze ans. Elle porte un masque à gaz et traverse son village déserté du Suffolk. Sa destination : Greyfriars, l'imposante demeure où elle a grandi, et où elle espère retrouver sa famille. Mais la maison est vide. Pendant la nuit arrive un soldat armé d'un fusil et vêtu d'un uniforme anglais. Cet homme semble à la fois familier et menaçant... Lydia peut-elle lui faire confiance . Que 
cherche-t-il ? Pourquoi parle-t-il avec cet étrange accent et, surtout, comment se fait-il qu'il connaisse son prénom ? 





J'ai mis énormément de temps à lire le roman de Jason Hewitt. Je pense que j'en attendais trop. Il me donnait énormément envie et pourtant il m'a fallu plus de deux semaines pour le finir. 
Les personnages sont bien, mais relativement difficile à cerner. Lydia est une petite fille de onze ans, qui fuit le pays de Galle pour rentrer chez elle, espérant retrouver sa maman, son père et son frère étant tout deux à la guerre. Le soldat est un jeune allemand dont on ne sait pas grand chose, trop peu même. Il parle d'une jeune femme, Eva, on comprend vite qu'il l'aime et qu'il est musicien à Berlin, comme elle. 
Tout est très lent dans leur rencontre, et dans leur découverte, de l'un et de l'autre. En effet, pendant environ 200 pages, le récit est formé principalement de "flash-back" sur leurs histoires personnelles, ce qui ne fait pas énormément avancer le récit. Cela nous permet néanmoins d'en savoir plus sur le caractère des personnages et leur vécu personnel. Puis après nous avons plus de réponses à nos questions et les choses s'accélèrent. 
J'ai beaucoup aimé la fin du roman, j'ai lu environ 100 pages en une matinée ! Mais il est vrai que j'ai été déçue par le début que j'ai trouvé trop en longueur et bien trop descriptif à mon goût (ceci est seulement mon humble avis). J'avais envie de savoir l'essentiel, d'avoir plus d'informations importantes sur les personnages. Je pense que tout ce suspense et cette longueur, est, en réalité, voulu par l'auteur, car il est vrai que cela nous montre la grande complexité de la relation entre Lydia et le jeune soldat. Cela nous permet de comprendre la complexité du passé du jeune allemand, un passé plein de démons, de peurs, de doutes et d'incompréhensions. Lydia, elle, nous parle finalement peu d'elle, mettant en avant son grand frère qu'elle admire et son père qui lui manque terriblement. Nous oscillons sans cesse entre les époques et le vécu des personnages.
Ce roman nous laisse apercevoir deux destins brisé par l'horreur de la guerre, celui d'une jeune fille perdue et seule dans un monde où l'humanité à peu de place. Et celui d'un jeune allemand que la vie n'a pas épargné, qui se bat pour trouver sa place entre l'inhumanité de la guerre et sa propre version de l'humanité. Entremêlant la petite histoire de ces deux personnages fictifs, à celle de toute l'humanité, ce roman nous pousse à réfléchir sur notre nature même, à la chercher...
Malgré une déception au début de la lecture, le roman Le silence des bombes de Jason Hewitt à su me surprendre et me faire réfléchir. 
Et nous qu'aurions nous fait en juillet 1940 ?

"Il la sentait, comme elle l'avait sans aucun doute senti, lui : le battement d'un autre cœur, le souffle plus délicat d'une autre respiration." page 42

Préludes, Paris, septembre 2015, 14,60 euros. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Spectacle Popa.

L'avantage du service civique dans un service de culture, c'est les petites pépites que l'on découvre. J'ai donc pu assister au merveilleux spectacle Popa de la compagnie Le pied en dedans. Deux artistes mettent en place un monde féerique autour de livres. Un spectacle pour les petits qui sait émerveiller les plus grands.

 C'est une feuille de papier qui s’installe devant vous. C’est petit à petit une histoire visuelle sur les éléments de la nature qui se réveillent. Un voyage intemporel qui nous emmène sur l’eau, dans un nuage, au travers d’une foret, accompagné d’une musique douce et d’un mouvement chorégraphique d’ombre. Création éphémère de papier, le spectacle PoPa donne lieu à une lecture silencieuse, remplie de sagesse et d’imaginaire. 
Des bébés aux petits de 6 ans, ils étaient tous aux anges face aux ombres du livre Pleine Lune de Antoine Guilloppé. Les deux actrices utilisent un rétro-projecteur pour nous faire voyager dans cette forêt où les anim…

Les âmes rouges - A.S. Kroze

Voici donc mon tout premier roman lu sur une tablette. :D Je n'avais jamais voulu essayer, j'aime tellement le toucher du livre sous mes doigts, l'odeur du papier, que j'avais peur de ne pas réussir à plonger entièrement dans un ebook. C'est donc pour avoir le plaisir de découvrir ce roman que je me suis plongée dans cet l'univers. J'ai téléchargé Kindle et en avant ! Les âmes rouges est le premier roman dans lequel je me lance en sachant qu'il part avec un handicap, le format ebook. Simplement par sa couverture je vous avoue que le livre m'effrayait un peu, cela fait longtemps que je ne m'était pas lancée dans une histoire sanglante de vampires, loups garous ou autre. Les âmes rouges a su me surprendre. Ce roman, écrit par deux sœurs Alicia et Sarah Kroze (très sympathique), est une pépite.  
Quatrème de couverture :


Ellie Bielsky est une adolescente sans histoire qui vit avec son petit frère et ses parents. Tout bascule quand elle se réveille sur …

Tout (n')est (pas du tout) sous contrôle - Sophie Henrionnet

Deuxième livre découvert a Lire à Limoges. Il faut bien le dire, l'auteure est fabuleuse. C'était la Kate Middelton du salon (cette expression ne vient pas de moi !). En plus d'être jolie, c'était un véritable plaisir de travailler avec elle, j'ai découvert une personne attachante et pleine de joie de vivre !


 Son livre est une pépite, pour vous dire, lors du salon, Sophie Henrionnet n'en avait plus dès le samedi soir ! Je comprends pourquoi maintenant ! Pourtant, petit bémol à la maison d'édition, la première couverture était beaucoup plus jolie et attractive. 



J'ai pris mon temps pour le lire, étant dans la montagne de dossiers à rendre et dans un tournant professionnel (si l'on peut dire), j'avais pas mal de choses à penser. Cette petite pépite m'a permis de m'évader un peu de temps en temps.
Olympe a 38 ans, un emploi de photographe culinaire qui ne lui plaît qu’à moitié, une fille de dix ans bien plus mature qu’elle, une famille déj…