Accéder au contenu principal

Jason Hewitt - Le silence des bombes.

Voilà un des romans de ma liste sur les "romans de guerre". Je vous laisse avant toutes choses découvrir la quatrième de couverture. 


Afficher l'image d'origine
Juillet 1940. Lydia à onze ans. Elle porte un masque à gaz et traverse son village déserté du Suffolk. Sa destination : Greyfriars, l'imposante demeure où elle a grandi, et où elle espère retrouver sa famille. Mais la maison est vide. Pendant la nuit arrive un soldat armé d'un fusil et vêtu d'un uniforme anglais. Cet homme semble à la fois familier et menaçant... Lydia peut-elle lui faire confiance . Que 
cherche-t-il ? Pourquoi parle-t-il avec cet étrange accent et, surtout, comment se fait-il qu'il connaisse son prénom ? 





J'ai mis énormément de temps à lire le roman de Jason Hewitt. Je pense que j'en attendais trop. Il me donnait énormément envie et pourtant il m'a fallu plus de deux semaines pour le finir. 
Les personnages sont bien, mais relativement difficile à cerner. Lydia est une petite fille de onze ans, qui fuit le pays de Galle pour rentrer chez elle, espérant retrouver sa maman, son père et son frère étant tout deux à la guerre. Le soldat est un jeune allemand dont on ne sait pas grand chose, trop peu même. Il parle d'une jeune femme, Eva, on comprend vite qu'il l'aime et qu'il est musicien à Berlin, comme elle. 
Tout est très lent dans leur rencontre, et dans leur découverte, de l'un et de l'autre. En effet, pendant environ 200 pages, le récit est formé principalement de "flash-back" sur leurs histoires personnelles, ce qui ne fait pas énormément avancer le récit. Cela nous permet néanmoins d'en savoir plus sur le caractère des personnages et leur vécu personnel. Puis après nous avons plus de réponses à nos questions et les choses s'accélèrent. 
J'ai beaucoup aimé la fin du roman, j'ai lu environ 100 pages en une matinée ! Mais il est vrai que j'ai été déçue par le début que j'ai trouvé trop en longueur et bien trop descriptif à mon goût (ceci est seulement mon humble avis). J'avais envie de savoir l'essentiel, d'avoir plus d'informations importantes sur les personnages. Je pense que tout ce suspense et cette longueur, est, en réalité, voulu par l'auteur, car il est vrai que cela nous montre la grande complexité de la relation entre Lydia et le jeune soldat. Cela nous permet de comprendre la complexité du passé du jeune allemand, un passé plein de démons, de peurs, de doutes et d'incompréhensions. Lydia, elle, nous parle finalement peu d'elle, mettant en avant son grand frère qu'elle admire et son père qui lui manque terriblement. Nous oscillons sans cesse entre les époques et le vécu des personnages.
Ce roman nous laisse apercevoir deux destins brisé par l'horreur de la guerre, celui d'une jeune fille perdue et seule dans un monde où l'humanité à peu de place. Et celui d'un jeune allemand que la vie n'a pas épargné, qui se bat pour trouver sa place entre l'inhumanité de la guerre et sa propre version de l'humanité. Entremêlant la petite histoire de ces deux personnages fictifs, à celle de toute l'humanité, ce roman nous pousse à réfléchir sur notre nature même, à la chercher...
Malgré une déception au début de la lecture, le roman Le silence des bombes de Jason Hewitt à su me surprendre et me faire réfléchir. 
Et nous qu'aurions nous fait en juillet 1940 ?

"Il la sentait, comme elle l'avait sans aucun doute senti, lui : le battement d'un autre cœur, le souffle plus délicat d'une autre respiration." page 42

Préludes, Paris, septembre 2015, 14,60 euros. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les Fiancés de l'hivers de Christelle Dabos

Ouiiiii , merci mes adorables amis historiens que j'aime plus que tout pour mon cadeau de 21 ans !  ♥ Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l'Arche d'Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d'un complot mortel. C 'est un roman purement fantastique et c'est une pure merveille de poésie, d'enchantement et de magie. L'auteure nous embarque dans un monde où l'on épouse un de ses cousins, un monde où l'on vit sur des îlots de terre flottant dans les airs, un monde où l'on se déplace en dirigeable et où les femmes portent de grandes robes. Un endr

U4 - Jules de Carole Trébor

L orsque j'ai acheté ce livre, je ne savais pas si il allait me plaire, c'était un "coup de pocker". Je ne savais pas trop sur quoi me baser et dans quel monde ça allait me mener, je n'avais pas envie de déprimer tout le long.  Si j'ai choisi de lire Jules, c'est que lorsque que j'ai lu la quatrième de couverture, le fait qu'il soit avec une enfant, m'a intrigué. J'avais entendu parler que, dans ce roman, seuls les adolescents de 15 à 18 ans avaient survécu à ce fameux virus U4. Le fait que Jules était avec une petite fille, signifiait donc que, soit elle était spéciale, soit elle était le centre de cette histoire. Quatrième de couverture :  Jules vit reclus dans son appartement du boulevard Saint-Michel, à Paris. Il n'a pas de nouvelles de ses parents, en voyage à Hong Kong lorsque l'épidémie a commencé à se propager. Le spectacle qu'il devine par la fenêtre est effroyable, la rue jonchée de cadavres. Mais il sait qu'

Tout (n')est (pas du tout) sous contrôle - Sophie Henrionnet

Deuxième livre découvert a Lire à Limoges . Il faut bien le dire, l'auteure est fabuleuse. C'était la Kate Middelton du salon ( cette expression ne vient pas de moi ! ). En plus d'être jolie, c'était un véritable plaisir de travailler avec elle, j'ai découvert une personne attachante et pleine de joie de vivre !  Son livre est une pépite, pour vous dire, lors du salon, Sophie Henrionnet n'en avait plus dès le samedi soir ! Je comprends pourquoi maintenant ! Pourtant, petit bémol à la maison d'édition, la première couverture était beaucoup plus jolie et attractive.  La première couverture. J'ai pris mon temps pour le lire, étant dans la montagne de dossiers à rendre et dans un tournant professionnel (si l'on peut dire), j'avais pas mal de choses à penser. Cette petite pépite m'a permis de m'évader un peu de temps en temps. Olympe a 38 ans, un emploi de photographe culinaire qui ne lui plaît qu’à moitié, une fill