Accéder au contenu principal

Sweet Sixteen de Annelise Heurtier.

Un roman qui nous rappel que les choses n'ont pas toujours été tel qu'elles sont aujourd'hui. Je vous laisse découvrir la quatrième de couverture. 


- Quand est-ce que tu avais prévu de nous en parler ? As-tu pensé aux conséquences de ta décision ? As-tu seulement compris que tu vas tous nous mettre en danger ?Molly était d'abord restée sans voix, la bouche ouverte, hébétée.- Un paquet de Noirs se sont fait lyncher, et pour moins que ça, ma petite fille ! avait hurlé sa mère.
RENTRÉE 1957. Le plus prestigieux lycée de l'Arkansas ouvre pour la première fois ses portes à des étudiants noirs.Ils sont neuf à tenter l'aventure. Ils sont deux mille cinq cents, prêts à tout pour les en empêcher.Cette histoire est inspirée de faits réels.

J'avais déjà entendu parlé, lors de mes années lycée, de cet événement en 1957. Neuf adolescents noir américain prennent leur courage à deux mains et osent affronter le regard des blancs, leur prouvant leur capacité à être à l'égal d'eux. Neuf adolescents qui prennent le risque d'être injuriés, violentés, humiliés. Neuf élèves qui ont fait évoluer le monde, les préjugés des Etats du Sud. Ce roman retrace leur histoire. Nous avons un avant propos de l'auteure qui nous explique que les personnages ne sont que fictif mais sont réellement inspiré des neufs personnes qui ont fait changer le monde, Ernest Green, Elisabeth Eckford, Jefferson Thomas, Terrence Roberts, Carlotta Walls, Minnijean Brown, Gloria Ray, Thelma Mothershed et Melba Pattillo. On apprend donc que, le personnage de Molly Costello est inspiré de Melba Pattillo. 
Le roman met en avant deux protagonistes, Molly et Grace. Molly est jeune fille noire de quinze ans qui est inscrite pour le programme d'intégration au lycée de Little Rock, elle va devoir se battre contre les blancs qui ne veulent pas d'elle mais également contre sa propre communauté qui ne souhaite plus être lié à elle de peur de subir des représailles. Cette jeune fille nous montre un courage hors norme que peu de nous peuvent revendiquer. Malgré tout elle garde son esprit d'adolescente, espérant passer le plus bel anniversaire pour ses seize ans, les sweet sixteen. Grace, quant à elle, est une jeune fille blanche de quinze ans également. De bonne famille, populaire, belle et intelligente. La jeune fille évolue tout au long du livre, coquette, sûre d'elle, séductrice mais également curieuse et en quête de réponses face à la violence à laquelle elle assiste. Souhaitant être la plus belle et avoir le plus beau garçon, elle pourrait sembler insensible à la ségrégation, c'est finalement le contraire qui nous frappe. Cette jeune fille remarque ce que d'autres de son âge ne voient pas. 
Les jeunes filles ont alors leur année scolaire bouleversée, leurs destins se mélangent, mettant en avant le contraste de leurs vies bien différentes. 
Le roman m'a beaucoup plu, facile à lire, fluide et percutant. J'ai beaucoup de mal à imaginer comment les neufs adolescents ont fait pour endurer tout ça pendant cette année scolaire, la violence décrite dans le roman nous glace le sang. 
Je le conseille à tous, je pense que l'ont peu le lire à partir de 10 ans si l'on est bon lecteur. Je le recommande grandement aux documentalistes ou encore aux professeurs. Sweet Sixteen nous fait réaliser que l’égalité entre les hommes n'a pas toujours été acquise.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les Fiancés de l'hivers de Christelle Dabos

Ouiiiii , merci mes adorables amis historiens que j'aime plus que tout pour mon cadeau de 21 ans !  ♥ Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l'Arche d'Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d'un complot mortel. C 'est un roman purement fantastique et c'est une pure merveille de poésie, d'enchantement et de magie. L'auteure nous embarque dans un monde où l'on épouse un de ses cousins, un monde où l'on vit sur des îlots de terre flottant dans les airs, un monde où l'on se déplace en dirigeable et où les femmes portent de grandes robes. Un endr

U4 - Jules de Carole Trébor

L orsque j'ai acheté ce livre, je ne savais pas si il allait me plaire, c'était un "coup de pocker". Je ne savais pas trop sur quoi me baser et dans quel monde ça allait me mener, je n'avais pas envie de déprimer tout le long.  Si j'ai choisi de lire Jules, c'est que lorsque que j'ai lu la quatrième de couverture, le fait qu'il soit avec une enfant, m'a intrigué. J'avais entendu parler que, dans ce roman, seuls les adolescents de 15 à 18 ans avaient survécu à ce fameux virus U4. Le fait que Jules était avec une petite fille, signifiait donc que, soit elle était spéciale, soit elle était le centre de cette histoire. Quatrième de couverture :  Jules vit reclus dans son appartement du boulevard Saint-Michel, à Paris. Il n'a pas de nouvelles de ses parents, en voyage à Hong Kong lorsque l'épidémie a commencé à se propager. Le spectacle qu'il devine par la fenêtre est effroyable, la rue jonchée de cadavres. Mais il sait qu'

Tout (n')est (pas du tout) sous contrôle - Sophie Henrionnet

Deuxième livre découvert a Lire à Limoges . Il faut bien le dire, l'auteure est fabuleuse. C'était la Kate Middelton du salon ( cette expression ne vient pas de moi ! ). En plus d'être jolie, c'était un véritable plaisir de travailler avec elle, j'ai découvert une personne attachante et pleine de joie de vivre !  Son livre est une pépite, pour vous dire, lors du salon, Sophie Henrionnet n'en avait plus dès le samedi soir ! Je comprends pourquoi maintenant ! Pourtant, petit bémol à la maison d'édition, la première couverture était beaucoup plus jolie et attractive.  La première couverture. J'ai pris mon temps pour le lire, étant dans la montagne de dossiers à rendre et dans un tournant professionnel (si l'on peut dire), j'avais pas mal de choses à penser. Cette petite pépite m'a permis de m'évader un peu de temps en temps. Olympe a 38 ans, un emploi de photographe culinaire qui ne lui plaît qu’à moitié, une fill