Accéder au contenu principal

Les gens heureux lisent et boivent du café de Agnès Martin-Lugand

Ce roman ne devait pas se trouver dans ma PAL de novembre décembre. Mais ma maman se l’est acheté et après avoir lu quelques critiques diverses, elle m’a donc poussé à le lire. C’est pour ça que j’ai eu envie de mettre son avis à la fin du mien. :) C'est un roman qui est relativement court avec seulement 200 pages. Je l’ai lu relativement vite.  


“Ils étaient partis en chahutant dans l’escalier. […] J’avais appris qu’ils faisaient encore les pitres dans la voiture, au moment où le camion les avait percutés. Je m’étais dit qu’ils étaient morts en riant. Je m’étais dit que j’aurais voulu être avec eux.”
Diane a perdu brusquement son mari et sa fille dans un accident de voiture. Dès lors, tout se fige en elle, à l’exception de son cœur, qui continue de battre. Obstinément. Douloureusement. Inutilement. Égarée dans les limbes du souvenir, elle ne retrouve plus le chemin de l’existence. C’est peut-être en foulant la terre d’Irlande, où elle s’exile, qu’elle apercevra la lumière au bout du tunnel.
L’histoire de Diane nous fait passer par toutes les émotions. Impossible de rester insensible au parcours tantôt dramatique, tantôt drôle de cette jeune femme à qui la vie a tout donné puis tout repris, et qui n’a d’autre choix que de faire avec.



L’histoire de cette jeune femme est terrible, la perte de son mari et de sa fille dès les premières pages ne font pas attendre l’action. L’auteur nous plante un contexte froid et triste que l’on retrouve à la découverte de Diane, le personnage principal, un an après. Elle est seule dans l’appartement qu’elle vivait avec son mari disparu, Colin. Son meilleur ami, Félix, fait tout pour la sortir de sa déprime. Elle prend la décision de partir pour l’Irlande. J’ai beaucoup aimé le fait qu’elle tente de se reconstruire tout en pensant à son mari défunt. Elle tente alors de se reconstruire. Elle a un lien très fort avec son passé, tellement que au début, même l’Irlande ne lui fait pas passer sa mélancolie.
Dès les premières pages j’ai le coeur qui était tout serré, les larmes au bord des yeux. Perdre quelqu’un est déjà terrible, mais perdre sa seule famille c’est pire. C’est un livre qui, malgré un thème triste, sait nous faire sourire. La rencontre de Diane avec son voisin de cottage en Irlande et son chien atypique nous laisse un sourire tendre sur le visage.
Malgré un bilan positif, ce roman m’a dérangé sur un point. Je ne peux pas vous en dire bien plus, je risquerais de trop en dévoiler. Mais cette histoire finit par nous surprendre même lorsqu’on pense s’attendre à la suite.
Je pars donc à la recherche de la suite pour la lire en janvier, mais je laisserai l’honneur à ma maman de le lire en premier.


Ma maman :

J’ai beaucoup aimé ce livre, il est plein de tendresse. On s’attache à cette jeune femme qui a perdu son mari et sa fille et la voir toucher le fond est terrible. Elle m’a donné envie de l’aider et lorsqu’elle part en Irlande, on se dit qu’elle va enfin refaire surface. Lorsqu’elle rencontre Edouard, on s’attend à ce qu’il est un réel secret face à sa discrétion, je m’attendais à ce qu’il cache un secret beaucoup plus lourd qu’une simple amourette. J’ai aimé la douceur et la tendresse qu’il dégage tels les romans d’Agnès Ledig. Je m’y suis sentie bien. Il me donne envie de lire la suite.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Spectacle Popa.

L'avantage du service civique dans un service de culture, c'est les petites pépites que l'on découvre. J'ai donc pu assister au merveilleux spectacle Popa de la compagnie Le pied en dedans. Deux artistes mettent en place un monde féerique autour de livres. Un spectacle pour les petits qui sait émerveiller les plus grands.

 C'est une feuille de papier qui s’installe devant vous. C’est petit à petit une histoire visuelle sur les éléments de la nature qui se réveillent. Un voyage intemporel qui nous emmène sur l’eau, dans un nuage, au travers d’une foret, accompagné d’une musique douce et d’un mouvement chorégraphique d’ombre. Création éphémère de papier, le spectacle PoPa donne lieu à une lecture silencieuse, remplie de sagesse et d’imaginaire. 
Des bébés aux petits de 6 ans, ils étaient tous aux anges face aux ombres du livre Pleine Lune de Antoine Guilloppé. Les deux actrices utilisent un rétro-projecteur pour nous faire voyager dans cette forêt où les anim…

Les âmes rouges - A.S. Kroze

Voici donc mon tout premier roman lu sur une tablette. :D Je n'avais jamais voulu essayer, j'aime tellement le toucher du livre sous mes doigts, l'odeur du papier, que j'avais peur de ne pas réussir à plonger entièrement dans un ebook. C'est donc pour avoir le plaisir de découvrir ce roman que je me suis plongée dans cet l'univers. J'ai téléchargé Kindle et en avant ! Les âmes rouges est le premier roman dans lequel je me lance en sachant qu'il part avec un handicap, le format ebook. Simplement par sa couverture je vous avoue que le livre m'effrayait un peu, cela fait longtemps que je ne m'était pas lancée dans une histoire sanglante de vampires, loups garous ou autre. Les âmes rouges a su me surprendre. Ce roman, écrit par deux sœurs Alicia et Sarah Kroze (très sympathique), est une pépite.  
Quatrème de couverture :


Ellie Bielsky est une adolescente sans histoire qui vit avec son petit frère et ses parents. Tout bascule quand elle se réveille sur …

Tout (n')est (pas du tout) sous contrôle - Sophie Henrionnet

Deuxième livre découvert a Lire à Limoges. Il faut bien le dire, l'auteure est fabuleuse. C'était la Kate Middelton du salon (cette expression ne vient pas de moi !). En plus d'être jolie, c'était un véritable plaisir de travailler avec elle, j'ai découvert une personne attachante et pleine de joie de vivre !


 Son livre est une pépite, pour vous dire, lors du salon, Sophie Henrionnet n'en avait plus dès le samedi soir ! Je comprends pourquoi maintenant ! Pourtant, petit bémol à la maison d'édition, la première couverture était beaucoup plus jolie et attractive. 



J'ai pris mon temps pour le lire, étant dans la montagne de dossiers à rendre et dans un tournant professionnel (si l'on peut dire), j'avais pas mal de choses à penser. Cette petite pépite m'a permis de m'évader un peu de temps en temps.
Olympe a 38 ans, un emploi de photographe culinaire qui ne lui plaît qu’à moitié, une fille de dix ans bien plus mature qu’elle, une famille déj…