Accéder au contenu principal

Là où tombent les anges de Charlotte Bousquet.

Ce livre, je l'ai choisi en lecture commune avec la blogueuse de Crocbooks. J'avais envie de découvrir une période de l'histoire qui à touché notre France il y a de ça 100 ans. Je vous laisse découvrir la quatrième de couverture. 

Solange, dix-sept ans, court les bals parisiens en compagnie de Clémence et Lili. Naïve, la tête pleine de rêve, elle se laisse séduire par Robert Maximilien et accepte de l’épouser. Mais son prince est un tyran jaloux, qui ne la sort que pour l’exhiber lors de dîners mondains. Coincée entre Robert et Emma, sa vieille tante aigrie, Solange étouffe à petit feu. Heureusement Lili la délurée et la douce Clémence sont là pour la soutenir. Quand la première guerre mondiale éclate, Robert est envoyé sur le front. C’est l’occasion pour Solange de s’affranchir de la domination de son mari et de commencer enfin à vivre, dans une ville où les femmes s’organisent peu à peu sans les hommes…

Ce roman me donnait envie. Pourtant le sujet risquait d'être complexe. Trois femmes dans la tourmente de la première guerre mondiale. Solange et ses dix sept ans à son arrivé à Paris, Clémence, jeune fille romantique et ensuite Lili, jeune femme libre qui vit sa jeunesse dans le souffle des cabarets de Paris. Trois femmes différentes, trois caractères, trois histoires qui se complètent à merveille. Leur amitié semble réellement profonde. Chacune aide l'autre à se relever et avancer dans la vie. Solange, jeune fille qui à fuit sa campagne pour éviter les coups d'un père trop violent, ne sait pas quoi faire à Paris. Elle travaille dans les ateliers de couture avec Clémence et danse dans les bals parisien. Puis elle rencontre Robert Maximilien lors d'un bal. Plus vieux, seul avec une vieille tante, il l'a courtise et elle fini par l'épouser. On découvre alors comment elle finit par rompre les liens avec ses amies à cause d'un mari possessif, excessif et autoritaire. C'est alors qu'elle s'éloigne de Lili, sa meilleure amie. La guerre arrive. Robert part au front. L'amoureux de Clémence lui est arraché. Les trois femmes se retrouvent seule dans un Paris sans hommes. 
Commence alors une correspondance où l'on découvre l'horreur de la guerre, la douleur de la séparation, la peur de ne pas revenir et l'envie de vivre. On découvre, également, la libération de Solange, enfin libre du joug de son mari. Le livre met en avant le combat des femmes pour s'organiser face aux mœurs de l'époque mais également face à une société où il est encore difficile de s'affirmer sans hommes. Nous sommes alors face à un flot de sentiments, d'amour, d'amitié, de découverte, de libération, de culture... Les trois jeunes femmes apprennent à s’émanciper dans un monde où les hommes se battent au front et où il est essentiel de travailler.
J'ai beaucoup aimé le personnage de Solange, elle semble vouloir devenir quelqu'un de bien sans trop savoir comment y parvenir. Lorsqu'elle arrive sur Paris, elle est totalement perdue, pour ensuite devenir soumise à un mari semblable au père qu'elle a fuit. Puis arrive la guerre, cette rencontre avec une femme sure d'elle, sa libération, le piano, la lecture, la complexité de sa relation avec la tante de Robert, Emma... Solange semble devenir de plus en plus mature tout au long de ce livre, assurément féministe. L'auteure, qui choisi de mettre en avant un autre aspect de la Guerre de 14-18, nous livre un récit poignant, romantique, drôle, émouvant... On y voit un réel travail de recherche de Charlotte Bousquet, notamment dans des petits détails cinématographique, tel que le nom de films, ou même en références littéraire et musicale. Ce livre m'a énormément plu. Là où tombent les anges sonne juste, on y retrouve la sensibilité dans un contexte de guerre et d’horreur.

L'avis de la très gentille Axelle-Rebecca de Crocbooks, merci beaucoup beaucoup d'avoir partagé cette lecture avec moi : 

Quelques mots sur l’auteure :
«Philosophe de formation, Charlotte Bousquet a écrit une trentaine de romans.
Elle est également scénariste de bande dessinée. Ecrivaine engagée, passionnée par l’histoire, la poésie et les contes, elle est aussi à l’aise dans les univers de fantasy (Cytheriae, prix Elbakin 2010, prix Imaginales 2011) que dans les thrillers (Le dernier ours, prix Lire pour demain 2014), les récits historiques ou intimistes.
Chez Gulf Stream Editeur, elle a publié plusieurs polars dans la collection Courants noirs, un documentaire, Précieuses, pas ridicules, ainsi qu’une série de romans graphiques avec l’illustratrice Stéphanie Rubini. Et elle ne compte évidemment pas s’arrêter en si bon chemin ! » 
Mon avis :
J’aimerais dédier cette lecture à ma grand-mère paternelle qui portait le même prénom que la protagoniste de ce livre. Je remercie la gentille Rachel du blog "Hopeandbooks" d’avoir partagé cette belle lecture avec moi.
Le point de vue des femmes sur la vie quotidienne pendant de la première guerre mondiale est très intéressant. Le courage de ces épouses, de ces mères est incontestable. Certes, elles ne combattaient pas dans les tranchées aux côtés des poilus mais elles travaillaient dur, résistaient avec ferveur, se mobilisaient régulièrement contre l’oppression.
Par le biais d’une correspondance entre amies, nous allons découvrir la violence sous toutes ses formes. Les lettres qui dénoncent la précarité des conditions de travail dans les ateliers à l’arrière et celles qui arrivent du front laissant imaginer les soldats en train de patauger dans la boue et le sang. Les civiles et les compagnons armés sont prisonniers d’un même sentiment : ils se sentent coupables de survivre là où tombent les anges.
D’un point de vue littéraire, j’ai trouvé que le rythme saccadé du récit illustre parfaitement l’instabilité de la situation. Grâce à des personnages plus ou moins jeunes, de classes sociales différentes, la parole est donnée tantôt aux femmes tantôt aux hommes qui tentent de préserver leur intégrité.
Je vous encourage vivement à prendre connaissance de ce livre  « coup de coeur ». Rassurez-vous chers lecteurs, le langage est tout à fait accessible. Le récit ne contient que les dates qui permettent de se repérer chronologiquement. Si il traite d’un évènement passé douloureux pour l’Humanité, le texte est porteur d’un espoir, d’une fraicheur novatrice.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Poésies.

Par un temps morose et avec une pile en retard monstrueuse de chroniques, j'ai décidé de vous partager un peu de tendresse et de beauté littéraire dans la poésie de grands auteurs.


L’ÉTERNITÉ.
"Elle est retrouvée. Quoi ? - l’Éternité. C'est la mer allée Avec le soleil.
Âmes sentinelle Murmurons l'aveu De la nuit si nulle Et du jour en feu.
Des humains suffrages, Des communs élans, Là tu te dégages, Et voles selon.
Puisque de vous seules, Braises de satin, Le Devoir s'exhale Sans qu'on dise : enfin.
Là pas d'espérance, Nul orietur. Science avec patience, Le supplice est sûr.
Elle est retrouvée. Quoi ? - l'éternité. C'est la mer allée Avec le soleil. "




Arthur Rimbaud.

Reprendre la main petit à petit.

Hello les bouchons.

Comme vous avez pu le constater, avec une grande déception, je ne me suis pas entièrement remise au blog (BOUUUUU). Oui je sais, je mérite une sentence.  Mais je vous dois de petites explications.  Cette année à été un grand moment dans ma vie d'adulte et d'étudiante. Non seulement parce que j'ai eu ma licence d'Histoire (non pas sans peine, je vous explique plus loin), mais aussi parce que j'ai eu deux jobs et un milliard de choses à faire. Alors comment vous expliquer à quel point c'est compliqué de tout gérer.
Commençons par le commencement. Cette année le CROUS a décidé que mes parents étaient trop riche pour que je puisse avoir accès aux bourses. Génial me direz vous, nous on s'en fiche. Ok, je développe. J'ai donc dû me trouver un job. Et j'ai postulé un peu partout ! J'ai finalement passé un entretien téléphonique pour Lidl, qui c'est poursuivit par un second entretien téléphonique pour finalement devoir passer des…

A la place du cœur de Arnaud Cathrine

Ce roman est particulier, autant vous le dire tout de suite. Avant de commencer j'aimerais seulement dire merci à l'auteur. Merci d'avoir écrit ce roman. Parce qu'il faut écrire ce que l'on traverse, même si c'est au travers d'un roman et de personnages fictifs.  






Six jours dans la vie de Caumes qui vit son premier amour.Six jours de janvier 2015 où la France bascule dans l'effroi.Ce soir, Caumes a 17 ans et attend le déluge. Il ne sait qu'une chose : à la fin de l'année, il quittera sa ville natale pour rejoindre son frère aîné à Paris. Paris, la ville rêvée. Ce soir, Caumes a 17 ans et attend aussi le miracle qui, à son grand étonnement, survient : Esther – sujet de tous ses fantasmes – se décide enfin à lui adresser plus de trois mots, à le regarder droit dans les yeux et à laisser deviner un « plus si affinités »...Nous sommes le mardi 6 janvier 2015 et le monde de Caumes bascule : le premier amour s'annonce et la perspective obsédante de…