Accéder au contenu principal

Je peux très bien me passer de toi - Marie Vareille

Comme vous avez pu le voir si vous me suivez sur Instagram, j'ai pu participer au Salon du livre de Limoges : Lire à Limoges.
J'ai donc eu la chance de rencontrer la fabuleuse (oui, parce qu'elle l'ai vraiment), Marie Vareille ! C'est une jeune femme souriante que j'ai vue débarquer sur le stand, une petite valise et un joli babybump. Juste sortie du bus des auteurs parisiens, avec une énergie débordante et un sourire éclatant. Elle était attendue par de nombreux fans, adepte de Lire à Limoges, certains l'avaient déjà rencontrée l'an passé. C'est après presque deux heures et demi de dédicaces, presque non-stop qu'elle a pu prendre un peu de repos. 
Le matin même j'avais pris le temps de m'acheter deux de ses livres pour pouvoir me les faire dédicacer. Dont Je peux très bien me passer de toi.





Après une semaine complète de travail, enchaînant des heures tardives avec mon service civique et le salon, j'avais grand besoin de prendre l'air. C'est donc avec mon livre sous le bras, quelques affaires et ma petite Twingo que je suis partie pour Meschers. 

Ce détail a son importance ! Puisque pour aller à Meschers, de Limoges, il faut traverser des champs de vignes à perte de vue. 
Revenons à nos moutons. 
J'ai pu découvrir la petite vie étonnante de Chloé et Constance sur les bords de l'estuaire de la Gironde. 
J'avoue que j'avais une certaine appréhension, j'avais tellement adoré l'auteure que si son livre avait été creux, j'aurais été déçue.

Un pacte entre copines, un exil, un nouveau départ... jusqu'où iront-elles ?
Chloé, 28 ans et parisienne jusqu'au bout des ongles, enchaîne les histoires d'amour catastrophiques. Un jour, elle conclut un pacte avec son amie Constance. Chloé devra s'exiler en pleine campagne avec l'interdiction d’approcher un homme pendant six mois et réaliser son rêve de toujours : écrire un roman. Constance, incorrigible romantique, s'engagera à coucher le premier soir avec un parfait inconnu. De Paris aux vignobles du Bordelais en passant par Londres, cet étrange pari entraînera les deux amies bien plus loin que prévu... Réussiront-elles à tenir leur engagement ?






J'ai finalement adoré. Marie nous emmène dans ses bagages à la découverte de deux jeunes femmes aussi différentes qu'étonnantes. Je me suis retrouvée en elles, les questions qu'elles se posent, la peur de ne pas être assez bien, ou encore l'envie de tout changer. Je me suis retrouvée dans Chloé par sa "fausse assurance", l'idée que malgré tout elle ait besoin de Guillaume, que malgré tout elle ait peur d'être seule. Mais je me suis également reconnue dans le personnage de Constance, avec cette envie de lire, avec adoration, cette folie, atypique et attachante. Bref, deux nanas exceptionnelles. 

J'ai ri avec elles, souri en réalisant nos similarités, eu les larmes aux yeux face à la détresse de la perte d'un être important, et eu de nouveau un sourire satisfait et plein d'espoir en refermant le livre.
C'est une fin étonnante, même si malgré tout, en ce qui concerne Chloé, mon instinct se doutait de cette fin. Je vous en dirais pas plus.


En suivant Chloé dans les vignes de Marinzac ont découvre que finalement l'amour n'est souvent pas là où on l'attend, que parfois il faut prendre le risque de tout perdre pour être heureuse. Personnellement j'imagine la petite ville de Marinzac, petit bled du sud-ouest, non loin de l'estuaire de la Gironde, peut être un peu comme la petite ville d'Archiac que j'ai pu traverser en voiture. Lors de mon retour sous un soleil printanier, j'observais les grandes bâtisses qui surplombaient les vignes, m'imaginant y voir l'ombre de Vincent ou la bonne humeur de Tonton Gonz. 



Une parfaite petite lecture pour un retour au calme.  

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les Fiancés de l'hivers de Christelle Dabos

Ouiiiii , merci mes adorables amis historiens que j'aime plus que tout pour mon cadeau de 21 ans !  ♥ Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l'Arche d'Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d'un complot mortel. C 'est un roman purement fantastique et c'est une pure merveille de poésie, d'enchantement et de magie. L'auteure nous embarque dans un monde où l'on épouse un de ses cousins, un monde où l'on vit sur des îlots de terre flottant dans les airs, un monde où l'on se déplace en dirigeable et où les femmes portent de grandes robes. Un endr

U4 - Jules de Carole Trébor

L orsque j'ai acheté ce livre, je ne savais pas si il allait me plaire, c'était un "coup de pocker". Je ne savais pas trop sur quoi me baser et dans quel monde ça allait me mener, je n'avais pas envie de déprimer tout le long.  Si j'ai choisi de lire Jules, c'est que lorsque que j'ai lu la quatrième de couverture, le fait qu'il soit avec une enfant, m'a intrigué. J'avais entendu parler que, dans ce roman, seuls les adolescents de 15 à 18 ans avaient survécu à ce fameux virus U4. Le fait que Jules était avec une petite fille, signifiait donc que, soit elle était spéciale, soit elle était le centre de cette histoire. Quatrième de couverture :  Jules vit reclus dans son appartement du boulevard Saint-Michel, à Paris. Il n'a pas de nouvelles de ses parents, en voyage à Hong Kong lorsque l'épidémie a commencé à se propager. Le spectacle qu'il devine par la fenêtre est effroyable, la rue jonchée de cadavres. Mais il sait qu'

Tout (n')est (pas du tout) sous contrôle - Sophie Henrionnet

Deuxième livre découvert a Lire à Limoges . Il faut bien le dire, l'auteure est fabuleuse. C'était la Kate Middelton du salon ( cette expression ne vient pas de moi ! ). En plus d'être jolie, c'était un véritable plaisir de travailler avec elle, j'ai découvert une personne attachante et pleine de joie de vivre !  Son livre est une pépite, pour vous dire, lors du salon, Sophie Henrionnet n'en avait plus dès le samedi soir ! Je comprends pourquoi maintenant ! Pourtant, petit bémol à la maison d'édition, la première couverture était beaucoup plus jolie et attractive.  La première couverture. J'ai pris mon temps pour le lire, étant dans la montagne de dossiers à rendre et dans un tournant professionnel (si l'on peut dire), j'avais pas mal de choses à penser. Cette petite pépite m'a permis de m'évader un peu de temps en temps. Olympe a 38 ans, un emploi de photographe culinaire qui ne lui plaît qu’à moitié, une fill