Accéder au contenu principal

The Book of IVY de Amy Engel

Ce roman est absolument à découvrir, un véritable plaisir pour nos yeux, notre imagination et nos émotions. Je vous laisse découvrir la quatrième de couverture.



Voilà cinquante ans qu’une guerre nucléaire a décimé la population mondiale. Un groupe de survivants d’une dizaine de milliers de personnes a fini par se former, et ce qui reste des États-Unis d’Amérique s’est choisi un président. Mais des deux familles qui se sont affrontées pour obtenir le pouvoir, la mienne a perdu. Aujourd’hui, les fils et les filles des adversaires d’autrefois sont contraints de s’épouser, chaque année, lors d’une cérémonie censée assurer l’unité du peuple.J’ai seize ans cette année, et mon tour est venu.Je m’appelle Ivy Westfall, et je n’ai qu’une seule et unique mission dans la vie : tuer le garçon qu’on me destine, Bishop, le fils du président. Depuis ma plus tendre enfance, je me prépare pour ce moment. Peu importent mes sentiments, mes désirs, mes doutes. Les espoirs de toute une communauté reposent sur moi. Le temps de la rébellion approche…Bishop doit mourir. Et je serai celle qui le tuera.Née pour trahir et faite pour tuer… Sera-t-elle à la hauteur ? À la fois histoire d’amour torturée, thriller psychologique et dystopie cruelle, The Book of Ivy vous entraîne dans un compte à rebours haletant dont vous ne sortirez pas indemnes.

Ce livre est une véritable découverte, une pépite. J'en avais beaucoup entendu parler, mais je ne m'attendais pas à autant de délicatesse, de force et d'émotions. Ce livre nous prend et ne nous lâche pas. 
Ivy, adolescente, a passé son enfance et toute sa vie à haïr la famille de son futur époux, Bishop. Elle c'est préparée à le tuer. Chamboulée par la manière d'être de Bishop, il ne se comporte absolument comme elle l'attend. Figure féminine forte dans un monde qui semble régressif, qui laisse place à une image de femme-objet. Elle se retrouve au cœur d'une histoire d'amour tumultueuse et impossible. Bishop est un jeune homme très compréhensif, ce qui ne l'aide pas dans sa démarche initiale. Puis elle est surprise par ce qu'elle même ressent au fur et à mesure de sa cohabitation avec lui. 
L'auteur sait nous transporter dans les sentiments et les émotions de Ivy. Je me suis sentie détester Bishop lors de la rencontre des deux personnages, puis être surprise de son comportement pour finalement l'imaginer en homme "presque parfait", aimant, protecteur, doux, patient et amoureux. On découvre l'amour en même temps qu'Ivy, on hésite et on à peur. Cette adolescente semble "vraie", malgré la différence temporelle, elle garde -relativement- les mêmes problématiques que les jeunes femmes d'aujourd'hui, tout en adoptant un esprit plus mature face aux problèmes de sa société. The Book of Ivy à su me transporter.
Image d'une société "dystopiste", ce roman nous transporte hors du temps. L'auteur, Amy Engel, sait manier les mots de façon à nous empêcher de lâcher le livre, terminant les chapitres par un questionnement pour le lecteur qui nous pousse à toujours aller plus loin. J'ai trouvé en ce roman un échappatoire, il arrive, de loin, dans mon top 5, proche du fabuleux roman de Rachel Cohn Version Beta. Je vais être bercée par ce roman un petit moment encore. Ce roman nous transperce par petites piques, il nous contamine petit à petit et lorsque l'on arrive à la fin nous n'avons qu'une seule et même envie ; continuer. J'attend donc avec impatiente le second tome qui, je l'espère, sera sous le sapin (ou peut être avec un peu plus de chance sera-t-il en ma possession avant !).

Lumen, mars 2015, 342 pages, 15 euros.

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Poésies.

Par un temps morose et avec une pile en retard monstrueuse de chroniques, j'ai décidé de vous partager un peu de tendresse et de beauté littéraire dans la poésie de grands auteurs.


L’ÉTERNITÉ.
"Elle est retrouvée. Quoi ? - l’Éternité. C'est la mer allée Avec le soleil.
Âmes sentinelle Murmurons l'aveu De la nuit si nulle Et du jour en feu.
Des humains suffrages, Des communs élans, Là tu te dégages, Et voles selon.
Puisque de vous seules, Braises de satin, Le Devoir s'exhale Sans qu'on dise : enfin.
Là pas d'espérance, Nul orietur. Science avec patience, Le supplice est sûr.
Elle est retrouvée. Quoi ? - l'éternité. C'est la mer allée Avec le soleil. "




Arthur Rimbaud.

Reprendre la main petit à petit.

Hello les bouchons.

Comme vous avez pu le constater, avec une grande déception, je ne me suis pas entièrement remise au blog (BOUUUUU). Oui je sais, je mérite une sentence.  Mais je vous dois de petites explications.  Cette année à été un grand moment dans ma vie d'adulte et d'étudiante. Non seulement parce que j'ai eu ma licence d'Histoire (non pas sans peine, je vous explique plus loin), mais aussi parce que j'ai eu deux jobs et un milliard de choses à faire. Alors comment vous expliquer à quel point c'est compliqué de tout gérer.
Commençons par le commencement. Cette année le CROUS a décidé que mes parents étaient trop riche pour que je puisse avoir accès aux bourses. Génial me direz vous, nous on s'en fiche. Ok, je développe. J'ai donc dû me trouver un job. Et j'ai postulé un peu partout ! J'ai finalement passé un entretien téléphonique pour Lidl, qui c'est poursuivit par un second entretien téléphonique pour finalement devoir passer des…

A la place du cœur de Arnaud Cathrine

Ce roman est particulier, autant vous le dire tout de suite. Avant de commencer j'aimerais seulement dire merci à l'auteur. Merci d'avoir écrit ce roman. Parce qu'il faut écrire ce que l'on traverse, même si c'est au travers d'un roman et de personnages fictifs.  






Six jours dans la vie de Caumes qui vit son premier amour.Six jours de janvier 2015 où la France bascule dans l'effroi.Ce soir, Caumes a 17 ans et attend le déluge. Il ne sait qu'une chose : à la fin de l'année, il quittera sa ville natale pour rejoindre son frère aîné à Paris. Paris, la ville rêvée. Ce soir, Caumes a 17 ans et attend aussi le miracle qui, à son grand étonnement, survient : Esther – sujet de tous ses fantasmes – se décide enfin à lui adresser plus de trois mots, à le regarder droit dans les yeux et à laisser deviner un « plus si affinités »...Nous sommes le mardi 6 janvier 2015 et le monde de Caumes bascule : le premier amour s'annonce et la perspective obsédante de…