Accéder au contenu principal

The Book of IVY de Amy Engel

Ce roman est absolument à découvrir, un véritable plaisir pour nos yeux, notre imagination et nos émotions. Je vous laisse découvrir la quatrième de couverture.



Voilà cinquante ans qu’une guerre nucléaire a décimé la population mondiale. Un groupe de survivants d’une dizaine de milliers de personnes a fini par se former, et ce qui reste des États-Unis d’Amérique s’est choisi un président. Mais des deux familles qui se sont affrontées pour obtenir le pouvoir, la mienne a perdu. Aujourd’hui, les fils et les filles des adversaires d’autrefois sont contraints de s’épouser, chaque année, lors d’une cérémonie censée assurer l’unité du peuple.J’ai seize ans cette année, et mon tour est venu.Je m’appelle Ivy Westfall, et je n’ai qu’une seule et unique mission dans la vie : tuer le garçon qu’on me destine, Bishop, le fils du président. Depuis ma plus tendre enfance, je me prépare pour ce moment. Peu importent mes sentiments, mes désirs, mes doutes. Les espoirs de toute une communauté reposent sur moi. Le temps de la rébellion approche…Bishop doit mourir. Et je serai celle qui le tuera.Née pour trahir et faite pour tuer… Sera-t-elle à la hauteur ? À la fois histoire d’amour torturée, thriller psychologique et dystopie cruelle, The Book of Ivy vous entraîne dans un compte à rebours haletant dont vous ne sortirez pas indemnes.

Ce livre est une véritable découverte, une pépite. J'en avais beaucoup entendu parler, mais je ne m'attendais pas à autant de délicatesse, de force et d'émotions. Ce livre nous prend et ne nous lâche pas. 
Ivy, adolescente, a passé son enfance et toute sa vie à haïr la famille de son futur époux, Bishop. Elle c'est préparée à le tuer. Chamboulée par la manière d'être de Bishop, il ne se comporte absolument comme elle l'attend. Figure féminine forte dans un monde qui semble régressif, qui laisse place à une image de femme-objet. Elle se retrouve au cœur d'une histoire d'amour tumultueuse et impossible. Bishop est un jeune homme très compréhensif, ce qui ne l'aide pas dans sa démarche initiale. Puis elle est surprise par ce qu'elle même ressent au fur et à mesure de sa cohabitation avec lui. 
L'auteur sait nous transporter dans les sentiments et les émotions de Ivy. Je me suis sentie détester Bishop lors de la rencontre des deux personnages, puis être surprise de son comportement pour finalement l'imaginer en homme "presque parfait", aimant, protecteur, doux, patient et amoureux. On découvre l'amour en même temps qu'Ivy, on hésite et on à peur. Cette adolescente semble "vraie", malgré la différence temporelle, elle garde -relativement- les mêmes problématiques que les jeunes femmes d'aujourd'hui, tout en adoptant un esprit plus mature face aux problèmes de sa société. The Book of Ivy à su me transporter.
Image d'une société "dystopiste", ce roman nous transporte hors du temps. L'auteur, Amy Engel, sait manier les mots de façon à nous empêcher de lâcher le livre, terminant les chapitres par un questionnement pour le lecteur qui nous pousse à toujours aller plus loin. J'ai trouvé en ce roman un échappatoire, il arrive, de loin, dans mon top 5, proche du fabuleux roman de Rachel Cohn Version Beta. Je vais être bercée par ce roman un petit moment encore. Ce roman nous transperce par petites piques, il nous contamine petit à petit et lorsque l'on arrive à la fin nous n'avons qu'une seule et même envie ; continuer. J'attend donc avec impatiente le second tome qui, je l'espère, sera sous le sapin (ou peut être avec un peu plus de chance sera-t-il en ma possession avant !).

Lumen, mars 2015, 342 pages, 15 euros.

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Spectacle Popa.

L'avantage du service civique dans un service de culture, c'est les petites pépites que l'on découvre. J'ai donc pu assister au merveilleux spectacle Popa de la compagnie Le pied en dedans. Deux artistes mettent en place un monde féerique autour de livres. Un spectacle pour les petits qui sait émerveiller les plus grands.

 C'est une feuille de papier qui s’installe devant vous. C’est petit à petit une histoire visuelle sur les éléments de la nature qui se réveillent. Un voyage intemporel qui nous emmène sur l’eau, dans un nuage, au travers d’une foret, accompagné d’une musique douce et d’un mouvement chorégraphique d’ombre. Création éphémère de papier, le spectacle PoPa donne lieu à une lecture silencieuse, remplie de sagesse et d’imaginaire. 
Des bébés aux petits de 6 ans, ils étaient tous aux anges face aux ombres du livre Pleine Lune de Antoine Guilloppé. Les deux actrices utilisent un rétro-projecteur pour nous faire voyager dans cette forêt où les anim…

Les âmes rouges - A.S. Kroze

Voici donc mon tout premier roman lu sur une tablette. :D Je n'avais jamais voulu essayer, j'aime tellement le toucher du livre sous mes doigts, l'odeur du papier, que j'avais peur de ne pas réussir à plonger entièrement dans un ebook. C'est donc pour avoir le plaisir de découvrir ce roman que je me suis plongée dans cet l'univers. J'ai téléchargé Kindle et en avant ! Les âmes rouges est le premier roman dans lequel je me lance en sachant qu'il part avec un handicap, le format ebook. Simplement par sa couverture je vous avoue que le livre m'effrayait un peu, cela fait longtemps que je ne m'était pas lancée dans une histoire sanglante de vampires, loups garous ou autre. Les âmes rouges a su me surprendre. Ce roman, écrit par deux sœurs Alicia et Sarah Kroze (très sympathique), est une pépite.  
Quatrème de couverture :


Ellie Bielsky est une adolescente sans histoire qui vit avec son petit frère et ses parents. Tout bascule quand elle se réveille sur …

Tout (n')est (pas du tout) sous contrôle - Sophie Henrionnet

Deuxième livre découvert a Lire à Limoges. Il faut bien le dire, l'auteure est fabuleuse. C'était la Kate Middelton du salon (cette expression ne vient pas de moi !). En plus d'être jolie, c'était un véritable plaisir de travailler avec elle, j'ai découvert une personne attachante et pleine de joie de vivre !


 Son livre est une pépite, pour vous dire, lors du salon, Sophie Henrionnet n'en avait plus dès le samedi soir ! Je comprends pourquoi maintenant ! Pourtant, petit bémol à la maison d'édition, la première couverture était beaucoup plus jolie et attractive. 



J'ai pris mon temps pour le lire, étant dans la montagne de dossiers à rendre et dans un tournant professionnel (si l'on peut dire), j'avais pas mal de choses à penser. Cette petite pépite m'a permis de m'évader un peu de temps en temps.
Olympe a 38 ans, un emploi de photographe culinaire qui ne lui plaît qu’à moitié, une fille de dix ans bien plus mature qu’elle, une famille déj…