Accéder au contenu principal

"Max", ou le livre qui chamboule.

Le transperçant roman Max de Sarah Cohen-Scali, un roman à prendre avec des pincettes et un recul sur sois-même et l'Histoire.




Dans l'Allemagne Nazie de 1936, un enfant va naître. Un enfant pas comme les autres. Il souhaite, désire, veut, déjà dans le ventre de sa mère, naître le 19 avril 1936. Pourquoi cette date me direz vous...? Le 19 avril est jour d'anniversaire de Hitler. Remettez le contexte, nous sommes en 1936, ne jamais oublier ce "détail". Cet enfant n'est pas fruit de l'amour entre un homme et une femme, il est le fruit d'un "formatage" pour mettre au monde de purs représentants de la race aryenne. Il est l'idée du "parfait" pour Hitler. 
Ce roman montre et démontre le programme du "Lebensborn" initié par Himmler. 

Dès la couverture, ont comprend que le livre va être difficile, un fœtus avec le brassard nazi. Voir au travers les yeux d'un enfant qui idéalise le mouvement nazi dès sa naissance demande, je pense, du recul mais également beaucoup de réflexion. Je ne vous cache pas que j'ai eu quelque peu peur avant d'entamer ma lecture. Ma curiosité à vite pris le dessus. 
Lors des dernières pages il m'a fallu un moment avant de me remettre de ma lecture, j'y pensais souvent et cette histoire est m'a vraiment atteinte. L'histoire nous chamboule émotionnellement, elle porte à la réflexion. L'idée qu'un si petit enfant puisse avoir des idées tel que celles décrites dans le livre peut choquer. Ma maman ayant également lu le livre n'a pourtant pas eu la même réaction que moi. Elle a été choquée et désorientée mais le roman ne l'a pas autant marqué.  Lors des dernières pages il y a une note de l'auteur qui apporte beaucoup au livre, je prend rarement le temps de lire les notes de fin, mais celle ci met en avant le réel et le fictif tout au long de l'oeuvre. 
C'est un livre passionnant mais qui je pense, demande, beaucoup (beaucoup beaucoup) de recul. Il est vrai que certains propos peuvent être choquant ou difficile à comprendre. 

Personnellement ce livre est de loin dans mon top trois. La question que je me pose encore c'est comment, Sarah Cohen-Scali, à fait. Son livre est merveilleusement bien documenté et recherché, je la félicite, en tant que toute jeune historienne, son livre à su me transporter. Merci. 
Je conseille ce roman à tous voulant découvrir l'Histoire par la fiction. Bonne lecture. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les Fiancés de l'hivers de Christelle Dabos

Ouiiiii , merci mes adorables amis historiens que j'aime plus que tout pour mon cadeau de 21 ans !  ♥ Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l'Arche d'Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d'un complot mortel. C 'est un roman purement fantastique et c'est une pure merveille de poésie, d'enchantement et de magie. L'auteure nous embarque dans un monde où l'on épouse un de ses cousins, un monde où l'on vit sur des îlots de terre flottant dans les airs, un monde où l'on se déplace en dirigeable et où les femmes portent de grandes robes. Un endr

U4 - Jules de Carole Trébor

L orsque j'ai acheté ce livre, je ne savais pas si il allait me plaire, c'était un "coup de pocker". Je ne savais pas trop sur quoi me baser et dans quel monde ça allait me mener, je n'avais pas envie de déprimer tout le long.  Si j'ai choisi de lire Jules, c'est que lorsque que j'ai lu la quatrième de couverture, le fait qu'il soit avec une enfant, m'a intrigué. J'avais entendu parler que, dans ce roman, seuls les adolescents de 15 à 18 ans avaient survécu à ce fameux virus U4. Le fait que Jules était avec une petite fille, signifiait donc que, soit elle était spéciale, soit elle était le centre de cette histoire. Quatrième de couverture :  Jules vit reclus dans son appartement du boulevard Saint-Michel, à Paris. Il n'a pas de nouvelles de ses parents, en voyage à Hong Kong lorsque l'épidémie a commencé à se propager. Le spectacle qu'il devine par la fenêtre est effroyable, la rue jonchée de cadavres. Mais il sait qu'

Tout (n')est (pas du tout) sous contrôle - Sophie Henrionnet

Deuxième livre découvert a Lire à Limoges . Il faut bien le dire, l'auteure est fabuleuse. C'était la Kate Middelton du salon ( cette expression ne vient pas de moi ! ). En plus d'être jolie, c'était un véritable plaisir de travailler avec elle, j'ai découvert une personne attachante et pleine de joie de vivre !  Son livre est une pépite, pour vous dire, lors du salon, Sophie Henrionnet n'en avait plus dès le samedi soir ! Je comprends pourquoi maintenant ! Pourtant, petit bémol à la maison d'édition, la première couverture était beaucoup plus jolie et attractive.  La première couverture. J'ai pris mon temps pour le lire, étant dans la montagne de dossiers à rendre et dans un tournant professionnel (si l'on peut dire), j'avais pas mal de choses à penser. Cette petite pépite m'a permis de m'évader un peu de temps en temps. Olympe a 38 ans, un emploi de photographe culinaire qui ne lui plaît qu’à moitié, une fill